Aller au contenu principal

Tout ou partie de l’étalonnage trait sera transféré

Après une réunion avec les acteurs de la filière cheval et des élus, le directeur des Haras confirme la réorganisation.

François Roche-Bruyn, directeur général des Haras nationaux.
François Roche-Bruyn, directeur général des Haras nationaux.
© R. S.-A.

Évidemment, François Roche-Bruyn ne peut nier l’importance de l’élevage trait dans le département et de fait, le nombre important d’inséminations animales. Pourtant, le directeur général des Haras nationaux pense à réorganiser l’étalonnage trait. Il l’a confirmé à l’issue d’une réunion qui s’est tenue vendredi en préfecture à la demande du président du Conseil général et en présence des acteurs de la filière cheval. Après avoir clairement réaffirmé que le site d’Aurillac serait maintenu, le directeur national a en effet parlé chiffres. “La situation, c’est que dans le Cantal, les Haras assurent 45 % de l’étalonnage. Cela veut aussi dire que 55 % est réalisé par ailleurs. À un moment où les deniers publics sont rares, mais avec le souci que l’élevage perdure, il faut trouver des solutions”, argumente-t-il. Et s’il rend hommage au “grand professionnalisme des agents des Haras”, M. Roche-Bruyn réfléchit à un plan sur deux ou trois ans qui permette de transférer tout ou partie de l’activité.

Conforter le pôle cheval-loisirs
Parmi les pistes évoquées : le prêt d’étalons sélectionnés, la reprise en main de l’activité par le syndicat d’élevage, ou encore la conservation par les Haras de la production de semences en transférant à d’autres. “Et si notre savoir-faire est transmis au secteur privé, on reste dans le sens de notre action”, précise-t-il. “On n’existe pas pour nous-mêmes, mais pour soutenir une filière”. En revanche, cette évolution se traduira forcément par une baisse des moyens matériels et humains. La fermeture de centres techniques décentralisés est donc aussi probable que la diminution des effectifs présents à ce jour. Le dossier devrait être ficelé pour le printemps afin d’être validé dans le cadre d’un contrat d’objectif présenté le 1er juillet. Un chef de projet, prochainement nommé, y travaillera. Le Haras, en partenariat avec l’École nationale d’équitation, devrait recentrer son activité autour du loisirs équestre qui, selon le directeur, est doté d’un “grand potentiel de développement”.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Jeune sur un simulateur de conduite d'engin agricole
Quel est ce nouvel outil pédagogique qui va entrer à la MFR de Marcolès ?

Vu à Aurillac, lors du Forum de l’orientation et des métiers, le simulateur d’engins agricoles a fait l’unanimité. La MFR de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière