Aller au contenu principal

Thierry Paradis : un agriculteur heureux conforté dans son équilibre

Installé depuis 1998 à Saint-Étienne-du-Valdonnez, cet éleveur bovin a vu dans les terres supplémentaires de Chapieu un moyen de conforter son exploitation laitière et de préparer une éventuelle transmission dans quelques années.

Installé depuis 1998 à Saint-Étienne-du-Valdonnez, cet éleveur bovin a vu dans les terres supplémentaires de Chapieu un moyen de conforter son exploitation laitière et de préparer une éventuelle transmission dans quelques années.
Installé depuis 1998 à Saint-Étienne-du-Valdonnez, cet éleveur bovin a vu dans les terres supplémentaires de Chapieu un moyen de conforter son exploitation laitière et de préparer une éventuelle transmission dans quelques années.
© GS

« Heureux et fier de l'être ». À cinquante ans, Thierry Paradis a bien réussi sa vie d'agriculteur. Ayant grandi à Mende, c'est avec son oncle qu'il a découvert le goût du métier. « Je lui donnais des coups de main à sa ferme » à Varazoux, dans la commune de Saint-Étienne-du-Valdonnez. Après des études de comptabilité, Thierry apprend que son oncle part à la retraite. Il rachète alors l'exploitation et construit un nouveau bâtiment pour accueillir un nouveau cheptel. Le troupeau s'agrandit de huit à quarante mères allaitantes aujourd'hui. Le modèle économique de son entreprise individuelle est assez simple : une production laitière conventionnelle de vaches montbéliardes pour la Sodiaal, suivant la charte qualité de la Route du lait.
Représentant de la fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) sur le secteur du Valdonnez, il avait lui aussi entendu parler des terres non cultivées à Chapieu : « depuis dix ans qu'on en parlait, j'avoue que n'y croyait plus ! » se rappelle-t-il. Mais à la concrétisation du processus de remise en culture fin 2019, il n'hésite pas à se porter candidat : « J'ai appelé la Safer, j'ai monté le dossier et voilà ». Avec vingt-sept hectares accordés, il fait partie de ceux pour qui Chapieu a apporté un confort supplémentaire sur l'exploitation qui en comptait déjà une cinquantaine. Dès 2020 il sème ses premières cultures à Chapieu, « on a arraché et labouré la combe pour y mettre cinq hectares d'avoine », avant que l'Astaf ne vienne fin 2020 libérer les autres secteurs. « C'était des terres caillouteuses qui n'avaient pas été travaillées depuis cinquante ans, mais avoir des dizaines d'hectares comme ça, c'était exceptionnel » se réjouit-il.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière