Aller au contenu principal

Sereins pour l’avenir

Dans un contexte sanitaire encore fragile, Groupama d’Oc affiche un bilan 2021 solide. Fort de son modèle mutualiste, «l’assureur des territoires» renouvelle son engagement de proximité, de solidarité et de responsabilité auprès de ses sociétaires.

Olivier Larcher, directeur général et Jean-Yves Dagès, président de Groupama d’Oc.
Olivier Larcher, directeur général et Jean-Yves Dagès, président de Groupama d’Oc.
© Eva DZ

Après une année 2020 solide malgré la crise, Groupama d’Oc a poursuivi ses efforts en 2021 et affiche des résultats satisfaisants. Son chiffre d’affaires atteint 785,40 millions d’euros pour une croissance de 4 % (1,8 % en 2020). Cette croissance est forte sur l’ensemble des métiers, malgré l’impact des mesures de réductions de primes octroyées en 2020 aux professionnels touchés par les confinements. Les garanties RC-Dommages des Professionnels, sur les tracteurs et matériels agricoles, sur l’assurance des récoltes ont progressé de manière particulièrement favorable. En revanche, l’assurance du personnel communal et de la complémentaire santé collective est en retrait.
En 2021, Groupama d’Oc compte 1 512 700 contrats pour 504 500 sociétaires (+3 400 nouveaux). Un chiffre qui ravit le président, Jean-Yves Dagès et son directeur général, Olivier Larcher : « Cette croissance nous permet d’investir dans nos quatorze départements, d’améliorer la qualité de service aux sociétaires, dans la gestion des contrats, dans la gestion de nos agences… Cet investissement porte ses fruits puisque nous gagnons des clients et que notre taux de satisfaction progresse sur tous les marchés ».
2021 se caractérise par une baisse de la sinistralité structurelle et bénéficie d’une diminution de la fréquence des sinistres graves. Le montant des sinistres réglés est de 573 millions d’euros (+77 % des remboursements en frais dentaires ; gel et inondations importants). Le rapport sinistres à cotisations s’élève à 74 % (-3 points par rapport à 2020). Le résultat net s’établit à 26,20 millions d’euros, en progression par rapport à 2020 (16,30 millions d’euros) et contribue à hauteur de 29,70 millions d’euros (vs 13,30 millions d’euros en 2020). La marge technique de 190 millions représente 24,1 % du chiffre d’affaires (+0,5 point) et se rapproche des 25 % souhaités par Groupama d’Oc pour contrecarrer les effets de l’inflation et anticiper la charge climatique qui sera multipliée par deux dans les 25 ans à venir.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière