Aller au contenu principal

Assemblée Générale d’OPALIM
Répondre aux besoins des marchés

1987-2007 : Opalim a vingt ans.

Entourant le président Jean-Pierre Gizardin à la tribune, le vice-président Jean-Philippe Viollet, président de la Chambre d'agriculture de la Creuse, le président de la Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne Jean-Marie Delage, les représentants du collège acheteurs Philippe Dubois et Thierry Borde, le directeur Frédéric Pierre, le député creusois Jean Auclair, le représentant du Conseil général de la Haute-Vienne Jean-Louis Nouhaud.
Entourant le président Jean-Pierre Gizardin à la tribune, le vice-président Jean-Philippe Viollet, président de la Chambre d'agriculture de la Creuse, le président de la Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne Jean-Marie Delage, les représentants du collège acheteurs Philippe Dubois et Thierry Borde, le directeur Frédéric Pierre, le député creusois Jean Auclair, le représentant du Conseil général de la Haute-Vienne Jean-Louis Nouhaud.
© D.R.
Emotion du président Jean-Pierre Gizardin, alors qu’il ouvrait les travaux de l’assemblée générale le 13 avril à Lanaud. C’était alors Adeilim en Haute-Vienne (Saint-Yrieix) et Adpa en Creuse qui fusionnèrent et intégrèrent l’Adobam (Mézières) sous la bannière d’Opalim. L’an dernier c’était l’Ardéo (élevage ovin, Poitou-Charentes) qui venait constituer la section ovine d’Opalim Centre-Ouest. Le président s’est félicité d’avoir su « organiser les inorganisés » en une OP qui réunit des sections bovine, ovine et équine. Neuf réunions de secteur ont préparé les débats de l’assemblée générale, avec la participation des négociants et des abatteurs. Au cours de l’année écoulée, l’organisation s’est occupée d’approfondir le suivi technico-économique des ateliers bovins viande au travers de l’utilisation de logiciels de gestion de troupeau. Elle a mis l’accent sur la prophylaxie de la grande douve, vieille maladie encore pénalisante pour les troupeaux ovins et bovins.

1 900 éleveurs

Opalim compte 1 918 adhérents dans son collège éleveurs, dont 1 507 en section bovine, 244 en section ovine, 67 en section équine. Chez les éleveurs de bovins, la Haute-Vienne avec 988 élevages est en légère perte (- 3,5 %) et la Creuse en légère progression (519 élevages, + 3 %). Le cheptel global est de 91 222 vaches mères (+ 1,4 %), dont 71 000 limousines et 20 000 charolaises. Le collège acheteurs compte 23 sociétés d’abattage et de transformation et 63 sociétés de négoce d’animaux vivants. Les volumes mis en marché sont dans la continuité (- 1,4 %) à 84 656 têtes. 78 dossiers ont été menés à bien pour 54 000 euros en 2005 dans le cadre du Plan national bâtiments, puis 40 en 2006 (47 000 euros) et 69 sont prévus cette année. Au titre du Plan d’aménagement des bâtiments : 2005 quatre dossiers (moyenne 11 800 euros) et 2006 quatorze dossiers (moy. 12 400 euros), prévision 2007 : quinze dossiers. 1 173 élevages sont signataires de la charte des Bonnes pratiques d’élevage (92 % des vaches mères). 1 056 éleveurs sont engagés dans les filières de Signes officiels de qualité (81 % de la production bovine). La section ovine, avec 344 adhérents, compte 117 591 brebis, effectif stable (- 1,3 %). En Haute-Vienne, 202 éleveurs possèdent 74 200 brebis (+ 7 %). La Creuse et le Cher accusent de lourdes pertes de cheptel (respectivement – 23 et – 17,7 %). Les démarches qualité concernent : 171 éleveurs en CCP et IGP Agneau des éleveurs limousins (49 300 brebis), 68 éleveurs en CCP et IGP Agneau du Poitou-Charentes (32 100 brebis), un éleveur en agriculture biologique.

Stratégie : conserver la production

L’objectif prioritaire affiché par le conseil d’administration est de soutenir l’amélioration des pratiques et la compétitivité des adhérents. Opalim constate que le contexte est celui de la libéralisation (modification de la Pac, accords de l’OMC) qui tend à faire diminuer les productions, en parallèle avec une baisse faible mais régulière de la consommation. L’enjeu est défini comme le maintien et le développement d’un potentiel de production régional « apte à répondre aux besoins des marchés ». Les objectifs stratégiques qui en découlent sont de quatre ordres : maintenir un tissu d’exploitations « rentables », orienter les productions en fonction des marchés, valoriser la finition, rester leader sur le marché des viandes de qualité. Un dispositif de suivi technico-économique fonctionne pour les deux collèges, éleveurs et acheteurs, sur un système de transmission informatique des données, « Oribase ». 330 élevages sont en réseau, représentant 1/3 de la production ; l’objectif est d’atteindre 50 % en 2007, grâce à une application « pocket PC ». Une priorité majeure reste l’engagement au côté du collège acheteurs dans les filières tracées et identifiées. Les cahiers des charges sont en cours d’aménagement en fonction des normes européennes. Le vice-président Jean-Philippe Viollet a déclaré à ce propos devant le Conseil économique et social régional que « les acteurs doivent anticiper, aller de l’avant, car (nos filières sont) en capacité de s’adapter aux mutations qu’entraîne désormais la mondialisation, pour peu que nous valorisions nos productions sur notre territoire ». Le conseil d’administration conclut son rapport d’orientation sur l’installation, à la fin de l’année, du siège d’Opalim dans ses nouveaux locaux de l’avenue Georges-Guingouin à Panazol, sur le site Safran, « gage de la volonté de (notre) organisation de producteurs de s’inscrire dans la durée au cœur de la Maison de l’agriculture et des agriculteurs ».


Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Mesurer les impacts du futur cahier des charges AOP cantal sur une exploitation

La journée technique, programmée par l’organisme de gestion de l’appellation AOP cantal, a donné l’occasion de projeter sur un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière