Aller au contenu principal

« Remettre les sols au centre du dispositif »

Francis Bucaille, agriculteur et agronome autodidacte, est devenu une référence sur le fonctionnement des sols agricoles.

Francis Bucaille, agriculteur et agronome autodidacte.
Francis Bucaille, agriculteur et agronome autodidacte.
© Gaiago

S'il se penche sur les sols agricoles depuis plus de 40 ans, les réflexions sur l'agronomie et l'agriculture de Francis Bucaille sont pourtant de haut vol. Reconnu par ses pairs, cet agronome autodidacte assure avoir dépensé plus en ouvrages scientifiques qu'en tracteurs durant sa carrière d'agriculteur dans la Nièvre où il possédait 600 hectares qu'il vient de céder. De ses années de recherches et d'expérimentations sur le terrain, il a tiré un livre intitulé Revitaliser les sols, publié fin 2020 aux éditions Dunod et préfacé par le biologiste Marc-André Selosse. Tout un programme derrière lequel se cache un enjeu considérable, celui de « remettre les sols au centre du dispositif » pour que l'agriculture puisse continuer à nourrir le monde.

Tracteur et littérature
C'est sur l'exploitation de son père, à la fin des années 1970, que naissent ses premières réflexions sur la vie des sols. « J'ai eu une prise de conscience progressive, reconnaît-il. Il y avait beaucoup de choses qui me posaient question sur les postulats de l'époque en matière de pratiques agricoles ».
Ce littéraire de formation - il a fait hypokhâgne et khâgne - s'étonne notamment de la « baisse paradoxale » de la matière organique dans les sols. « L'idée selon laquelle la hausse des rendements et de la biomasse cultivée, accompagnée d'une augmentation des restitutions au sol, entraîne une hausse de la matière organique des sols s'est révélée fausse, constate Francis Bucaille. Les analyses de sol montraient au contraire un infléchissement ». En esprit libre, il commence alors à se documenter. « J'ai beaucoup travaillé pour comprendre le fonctionnement de l'écosystème des sols », explique ce boulimique de connaissances. Pour compléter ces savoirs acquis dans les livres, il expérimente différentes pratiques dans ses parcelles : semis direct, couverts, non-labour, conservation des pailles... Sollicité pour des diagnostics et du conseil, il voyage aussi beaucoup (Europe, Brésil, États-Unis) et échange avec de nombreux agronomes à travers le monde.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière