Aller au contenu principal

Rafiot PP, le nouvel Erwin de la race limousine

Le GIE vient d'acquérir un taureau des plus prometteurs, qui plus est homozygote sans corne.

Le GIE vient d'acquérir un taureau des plus prometteurs, qui plus est homozygote sans corne.
Le GIE vient d'acquérir un taureau des plus prometteurs, qui plus est homozygote sans corne.
© GIE LAuv'Lim

S'il y a des spécimens au nom prédestiné, Rafiot PP n'est pas de ceux-là, mais nul doute que ce jeune taureau limousin de 40 mois devrait faire du raffut. Récemment, il a affolé les compteurs lors de la vente de printemps de KBS Genetic où il a décroché le Top price, acquis pour quelque 25 200 EUR par le GIE Lauv'Lim à l'un de ses adhérents, Damien Panafieu (Chaudes-Aigues).
Top price doublé d'un grand prix de championnat à Meuzac (Haute-Vienne) le 6 avril dernier. « C'est un jeune mâle dont on connaît l'ascendance*, qu'on suit depuis qu'il est tout petit et qu'on a orienté vers une vente un peu prestigieuse, explique Nicolas Restitutio, commercial du GIE créé à l'été 2019. Il affiche l'un des meilleurs bassins qu'on n'ait jamais vu en race limousine, un bassin meilleur que 98 % des animaux cornus. »

30 % de ventes en Espagne

Nicolas Restitutio ne s'en cache pas : les débuts du GIE ont été compliqués. « On est parti de zéro et il a fallu créer notre clientèle. » Lancé quelques mois seulement avant l'apparition du Covid, la pandémie aurait pu avoir raison du GIE avant même son essor. C'était sans compter sur les outils numériques de promotion étrennés très tôt : site Internet, comptes Facebook, Instagram, TikTok... « L'activité qui aurait dû se neutraliser à ce moment-là s'est amplifiée, on était l'un des seuls à proposer les photos de nos animaux en ligne et à faciliter ainsi le travail des acheteurs potentiels », souligne le commercial. En 2021, le chiffre d'affaires du GIE s'est élevé à un peu plus d'un million d'euros avec 500 bêtes vendues, dont 30 % à l'export, en particulier vers l'Espagne. Des mâles reproducteurs jeunes, des génisses de l'année et pleines, haut de gamme*, issus des 62 élevages adhérents situés en Auvergne et Lozère : un créneau sur lequel le GIE a souhaité se positionner. « L'équilibre financier a été atteint dès la deuxième année même si la conjoncture fait que le marché reste instable et qu'on n'a pas de grosse marge de manoeuvre », ajoute celui qui réalise également du négoce en courtage. Le GIE essaie en outre de prospecter le marché portugais - au potentiel certes plus limité mais avéré - tandis que celui des pays de l'Est est au point mort ces dernières années.

* Inscrits au Herd-book limousin et contrôle de performances.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière