Aller au contenu principal

Quels rôles pour la brigade territoriale mobile de Gendarmerie ?

À terme, six gendarmes composeront cette nouvelle brigade qui pourra intervenir sur tout le sud-est de l’arrondissement sanflorain. Des permanences permettront d’aller au devant des habitants.

Les trois gendarmes de cette nouvelle brigade mobile étaient présents sur le marché de Saint-Urcize dimanche dernier, accompagnés du préfet, du sénateur, des élus locaux,...
© M. V.

Les trois nouveaux gendarmes ont pris leurs marques dimanche 19 mai sur le marché de Saint-Urcize(1). Une fois par semaine, ils y tiendront une permanence, sûrement à la bibliothèque, une salle de plain-pied, qui peut assurer la confidentialité des échanges avec les habitants venus déposer une plainte, chercher un renseignement, demander une procuration... Ces trois premiers militaires seront rejoints par trois autres d’ici à la fin de l’été pour constituer cette nouvelle et première brigade territoriale mobile de Gendarmerie, la seconde, fixe cette fois, devant être créée à Jussac, sur l’arrondissement aurillacois. Au total, 239 brigades seront installées sur le territoire national. Une ouverture qui s’inscrit dans la politique du Gouvernement de “réarmer le territoire en service public, notamment en termes de sécurité”, présentait le préfet Laurent Buchaillat, qui est allé à la rencontre des habitants et des marchands de Saint-Urcize à l’occasion du marché dominical. Une commune qui avait vu sa brigade de gendarmerie fermée en 2014 et le départ de six militaires. Et surtout, insistait l’adjoint au maire, “on avait perdu le côté humain, avec cinq couples, des enfants. Nous ne sommes pas plus turbulents que les autres mais une nouvelle brigade, c’est faire revenir de la vie”. 
 

Le maître mot : la proximité


“Il fallait répondre au besoin d’aller vers la population, avec qui le contact est important et qui a toujours été une force de la Gendarmerie”, poursuivait le représentant de l’État. C’est donc sur tout le sud-est du territoire que cette brigade sera amenée à intervenir, à la fois via des permanences (lire ci-dessous) mais aussi en renfort lors d’interventions (accidents de la route,...). “L’idée, ce n’est pas que les gendarmes attendent dans une salle. Des rendez-vous seront pris, des contacts affichés et ils pourront patrouiller dans un périmètre réduit si personne ne vient.” “On les enverra sur le terrain, appuie le colonel Cortot. S’il y a un accident, une intervention à réaliser,...”
Un territoire que connaissent l’adjudant Bello, auparavant affecté à Neussargues, et son adjoint Dupontreue, anciennement à Pierrefort, mais que va découvrir le brigadier Gouhier, arrivé de Pithiviers, à côté d’Orléans. “C’est un accroissement de l’offre de sécurité, appréciait le colonel Cortot. Nous sommes dans la logique du dernier kilomètre, du aller vers. Cette mobilité nous permettra d’aller dans les communes les plus isolées du département, avec une tournée assez dense pour accueillir des personnes qui ont des soucis de mobilité, parce qu’elles sont âgées, handicapées,...”
Et c’est cette proximité qui a séduit le maire de Val d’Arcomie, “le premier à lever le doigt dans le cadre d’une grande concertation, relevait le préfet. Sans ce volontariat initial, ce projet n’existerait pas.” “Je ne pensait pas que ça aboutirait, confiait Romuald Rivière. L’idée de départ, c’était d’avoir une présence supplémentaire sur terre et sur mer pendant la période estivale, où l’affluence est importante, notamment autour du lac de la base de Mallet, de plus de 1 000 hectares.”
“C’est un signe favorable, un mouvement de reconquête des services publics, abondait le sénateur Stéphane Sautarel. L’écoute, le dialogue, c’est essentiel pour la population, tout comme la sécurité pour le territoire.” Le conseiller départemental Christophe Vidal allait dans le même sens : “Nous avons la chance d’avoir un département loin de l’insécurité. Que ça continue comme ça ! La présence des gendarmes rassurera la population et effraiera les perturbateurs éventuels.”
Concrètement, les gendarmes seront logés à Saint-Flour, dont la commune a porté le projet immobilier, avec, à terme, l’extension de la partie logement. Cette nouvelle brigade sera également dotée de deux véhicules, “prélevés sur les ressources du groupement départemental, précise le colonel Cortot. Les nouveaux devraient arriver au deuxième semestre”.

 

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière