Aller au contenu principal

Quels prix pour l’AOC cantal et pour ses producteurs ?

FDSEA et JA ont débuté à Aurillac leur tournée cantonale de présentation du schéma de valorisation de l’AOC cantal.

Pour les producteurs, le respect du décret appelle une juste valorisation.
Pour les producteurs, le respect du décret appelle une juste valorisation.
© P. O.
Chantal Cor et Jean François Navarro, responsables du dossier lait à la FDSEA et aux JA, ont entamé mercredi dernier un cycle de réunions destinées à exposer aux producteurs  leur projet de valorisation du fromage AOC cantal et, en remontant la filière, celui du lait “AOCisable” payé aux producteurs engagés dans l’AOC. Une présentation que ses initiateurs ont voulu interactive afin d’impliquer les producteurs dans la discussion. L’exposé introductif sur les évolutions de la politique laitière et les acteurs internationaux à l’œuvre dans les échanges mondiaux, visait avant tout à dresser le constat d’une remise en cause des équilibres qui ont jusqu’alors prévalu pour la filière laitière française. Face à ce changement de donne, FDSEA et JA militent pour que la filière cantalienne se positionne d’abord sur le segment de marché du haut de gamme et non sur une production standard qui tend à envahir les linéaires des distributeurs.

L’AOC roquefort, un exemple à adapter

Une analyse semble-t-il partagée par une majorité de participants pour qui “on ne fera pas des sacrifices pour du bas de gamme”. Produire de la qualité certes, mais pour Chantal Cor, cela ne peut être un gage suffisant d’un meilleur prix du lait. En s’appuyant sur le prix équivalent en GMS du roquefort AOC et du saint-agur vendus sous un même conditionnement, elle a ainsi interpellé les producteurs présents sur le différentiel de traitement des producteurs livrant pour l’une ou l’autre de ses transformations. Dans un cas, “on a une aire de production, un décret bien défini, une habilitation qui engage le producteur, la présence d’un syndicat où le collège des producteurs pèse dans les débats, avec un poids conféré par sa contribution financière à cette structure interprofessionnelle”. À l’inverse, pour le saint-agur, les producteurs n’ont “comme seul espoir que la grille du Criel”. C’est donc bien du fonctionnement de l’AOC aveyronnaise que FDSEA et JA souhaitent s’inspirer mais avec un schéma spécifique de valorisation de l’AOC cantal, qu’ils ont conçu en le reliant avec celui des trois autres AOC régionales. Le coeur de ce dispositif repose sur une augmentation du prix de l’AOC répartie à parts égales entre producteurs et entreprises avec un préalable : la gestion de la qualité (90 % de gradage actuellement avec l’objectif d’exclure le grade D en 2008) et de la quantité (aller chercher de nouveaux consommateurs pour accroître les volumes). L’idée avancée par les responsables syndicaux est donc de constituer une caisse spéciale alimentée par une contribution forfaitaire (de l’ordre de 1 à 2 e/kg) appelée sur tous les kilos de Cantal vendus. Cette caisse serait  ventilée à parts égales entre les producteurs engagés dans l’AOC et les entreprises.  

Une équation à plusieurs variables

Mais pour donner toutes ses chances au Cantal, FDSEA et JA jugent indispensable de miser fortement, du moins les premières années, sur la promotion du produit. Un budget publicitaire, dont le coût conséquent (de l’ordre de trois millions d’euros annuels pour l’AOC roquefort) nécessitera une participation des producteurs et des entreprises qui ira en diminuant au fil des ans et qui devrait donc, selon Jean-François Navarro, laisser une plus-value plus élevée aux producteurs. La question centrale posée dès la première réunion est celle des curseurs à caler entre le montant prélevé sur le prix du cantal vendu et celui de l’enveloppe promotion, deux critères qui conditionneront au final le retour au producteur et l’attractivité de la démarche. 

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Jeune sur un simulateur de conduite d'engin agricole
Quel est ce nouvel outil pédagogique qui va entrer à la MFR de Marcolès ?

Vu à Aurillac, lors du Forum de l’orientation et des métiers, le simulateur d’engins agricoles a fait l’unanimité. La MFR de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière