Aller au contenu principal

Quand la montagne livre son breuvage

Grâce à une traditionnelle chaîne humaine, il vient de sortir du buron : en blanc comme en rouge,  le très beau millésime de la Légendaire de la maison Desprat-Saint-Verny est prêt à être dégusté.  

Loic Ballet de France télévision porte un carton de vin de Légendaire, dans le Cantal
Parmi les invités qui ont participé à sortir les bouteilles du buron lors d’une grande chaîne humaine, Loïc Ballet, chroniqueur gastronomique de Télématin sur France 2, connu pour ses balades en triporteur, et sur France 3, où il vadrouille en 2CV.
© Renaud Saint-André

C’est un moment qui marque les esprits et rythme le calendrier depuis... un quart de siècle ! Chaque lundi de la semaine avant Pâques, les bouteilles de Légendaire, vieillies dans le buron de Jean-Pierre Lallet à Salers,  sortent enfin. Elles vont retrouver les tables de grands restaurants et celles d’épicuriens, attachés à la nature volcanique de sols qui savent transmettre du caractère à leur breuvage. 

Les sommeliers rappellent “la chance unique au monde qu’a l’Auvergne d’avoir quatre géologies différentes”  (le basalte, qui amène de la minéralité ; la pouzzolane, pour drainer le vignoble ; les pépérites et leurs notes poivrées ; la pierre ponce, idéale sur les cépages rouges). 

Dans la chaîne humaine 

Et dans la gamme des vins d’Auvergne, désormais très étoffée par les caves Desprat-Saint-Verny, la Légendaire tient le rôle d’étendard.  Bienvenu au millésime 2022, dont il a fallu sortir à la main, ce 25 mars, quelque 8 000 bouteilles par paquets de six. Impossible en effet pour le poids lourd de s’approcher au plus près du buron à flanc de montagne. C’est évidemment ce qui fait le charme de ce moment : le maître de cérémonie, Pierre Desprat, invite des restaurateurs, des  sommeliers, des journalistes, des artistes, des vedettes de la télévision, des personnages politiques... à se joindre à lui le temps d’une fête et d’une truffade, mais à condition d’intégrer une vaste chaîne humaine. 

Verre de vin blanc, servi en extérieur, dans le Cantal, près d'un buron

Tout le monde s’y prêtant de bon cœur et chacun passant un carton à son voisin, il ne faut pas longtemps pour remonter jusqu’à la route la totalité du vin qui sort de six mois d’hibernation. C’est ainsi que se sont côtoyés pour cette nouvelle édition, le chroniqueur gastronomique de France Télévision, Loïc Ballet ; le journaliste Thomas Hervé ; le président du conseil départemental du Puy-de-Dôme, Lionel Chauvin, et le président de la CCI 63, Claude Barbin ; les meilleurs sommeliers de France ;  les Toques d’Auvergne, sous la  houlette de Jérôme Cazanave,  président de la section Cantal ; le peintre Jean-Pierre Blanchard, maître du speed-painting ; l’accordéoniste Sylvie Pullès qui a composé un morceau pour l’occasion ; la Pastourelle 2024, Ella Piganiol, accompagnée de la présidente de la Ligue d’Auvergne, Isabelle Cazals ; le sénateur  Stéphane Sautarel ; etc.  

L’histoire continue 

Chacun de rendre hommage à l’initiative de ce vieillissement dans la cave voûtée du buron de pierres sis à 1 200 mètres. Car l’altitude change la donne : les vins vieillis en montagne sont plus acidulés et développent une couleur plus vive, comme l’avait déjà observé Jean Desprat, grand-père de l’actuel directeur de Desprat-Saint-Verny. Aujourd’hui, c’est au tour de Léa et Lucie, les filles de Pierre Desprat, de s’engager dans l’entreprise familiale et dans l’aventure de la Légendaire. Il leur est revenu d’introniser de nouvelles personnalités dans la confrérie. Tradition oblige, après avoir goûté le millésime, tous les nouveaux venus ont clamé l’avoir trouvé “excellent !” 

Les plus lus

Marin Paquereau se tient au milieu de ses vignes, au-dessus du village d'Ispagnac
Un nouveau vigneron à Ispagnac

L’association foncière agricole des coteaux des gorges du Tarn a aidé à l’installation d’un quatrième viticulteur à Ispagnac,…

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière