Aller au contenu principal

Quand les harkis replantaient la forêt lozérienne

Dans les années soixante, des harkis rapatriés d'Algérie ont participé à la replantation d'une partie des forêts de Lozère. Une histoire méconnue qui a ressurgi il y a dix ans à la faveur d'une exposition à Pourcharesses et dont subsistent peu de traces.

Dans les années soixante, des harkis rapatriés d'Algérie ont participé à la replantation d'une partie des forêts de Lozère. Une histoire méconnue qui a ressurgi il y a dix ans à la faveur d'une exposition à Pourcharesses et dont subsistent peu de traces.
Dans les années soixante, des harkis rapatriés d'Algérie ont participé à la replantation d'une partie des forêts de Lozère. Une histoire méconnue qui a ressurgi il y a dix ans à la faveur d'une exposition à Pourcharesses et dont subsistent peu de traces.
© Archive tirée du Journal Le Provençal, 28/03/1964

1962 : au lendemain de la signature des accords d'Evian accordant l'indépendance, les harkis, combattants civils partisans de l'Algérie française, sont nombreux à fuir leur pays d'origine. Rapatriés en catastrophe avec leurs familles dans les ports de la façade méditerranéenne, ils sont, dans un premier temps, envoyés dans des camps. Des « centres de transit » comme Saint-Maurice-l'Ardoise, en Ardèche, ou celui du Larzac qui verra passer près de 8 000 harkis durant l'été 1962. Face à une situation intenable, l'État décide de les transférer dans de multiples camps plus petits, dans des cités d'accueil au nord de Marseille et en zones rurales. Dans les communes les plus reculées du Massif central comme des Alpes sont créés des camps de forestage.
Une manière d'isoler ces nouveaux venus du reste de la population française et de les affecter à des travaux forestiers, encadrés par des officiers du ministère des rapatriés. Pour leur labeur, les harkis reçoivent chaque jour 15 anciens francs et sont couverts par la Sécurité sociale.
En Lozère, de 1963 à 1967, sept hameaux forestiers seront créés, habités chacun par 25 familles. Mende, La Loubière (Chadenet), Cultures (Chanac), Cassagnas, Meyrueis, Saint-Étienne-du-Valdonnez ainsi qu'un double camp à Villefort-Pourcharesses.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière