Aller au contenu principal

Profiter que le cochon ait le vent en poupe pour créer de l´emploi

Plusieurs organismes de formation seront présents à la prochaine Mangoune de Laroquebrou pour mettre en avant le potentiel de main d´oeuvre d´une filière qui se développe.

Cette année, la "Mangona" de Laroquebrou ne se contentera pas de faire la fête autour du cochon et de ses produits dérivés. Elle sera aussi l´occasion de mettre en avant les potentiels d´une filière porteuse d´emplois. C´est pourquoi, plus que jamais, les salaisonniers seront associés à l´événement qui se déroulera le 26 février prochain. Pour la première fois, des organismes de formation y seront également présents. C´est le cas de l´Enilv : une formatrice et deux étudiantes en section agroalimentaire ont participé à une réunion préparatoire en janvier et visité sur place l´unité de transformation "Le Roquet".

De la production...

Egalement présent lors de cette rencontre, Bernard Bouniol, au nom de l´interconsulaire, s´est félicité de l´initiative des organisateurs de la Mangona de s´ouvrir à toutes les professions de la filière. A commencer par la production : "C´est une évidence, on ne peut transformer des porcs que s´il y en a", lance-t-il en faisant directement allusion aux soucis rencontrés par un éleveur de Marchastel. Et s´il insiste sur la qualité de la production et de la transformation, qui font la réputation de l´Auvergne en général et du Cantal en particulier, c´est qu´il est convaincu d´un fort potentiel de développement économique. Jean-François Roche, gérant d´un restaurant sanflorain qui s´appelle justement "La Mangoune", ne le démentira pas. Si les affaires marchent bien, c´est que justement l´image des produits agroalimentaires du Cantal est bonne. Bonne au point de l´exporter en ouvrant d´autres points de restauration à Saint-Etienne, Clermont ou ailleurs. "A la carte, figurent des produits élaborés à Laroquebrou", assure M. Roche au maire, Christian Meiniel.

... à la transformation

Henri?Manhès,?patron?de?la SARL?Le?Roquet,?confirme?une forte demande qui l´incite à investir dans du matériel et de la main d´oeuvre. Il évoque cependant des difficultés liées au manque de main d´oeuvre qualifiée. "Sans compter la création de nouveaux postes liés au développement, 50 seront à renouveler dans les 5 ans à venir sur les 200 salariés qu´emploient les onze salaisonniers du Cantal", précise-t-il. Du côté de l´Enilv, on déplore une crise du recrutement. "Pourtant, les métiers sont variés et un emploi est assuré à l´issue de la formation", garantit Céline Arsac, formatrice à l´Enilv. A Aurillac, on peut ainsi suivre des formations qui vont du BEP au BTS, en passant par les Bepa en alternance?ou?la?formation continue.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière