Aller au contenu principal

Prévention contre les mouches : agir maintenant en respectant les bases

La gestion des mouches en élevage passe par une bonne connaissance de ces insectes et de leur cycle, et, une fois les facteurs de risque identifiés, la mise en place de mesures préventives.

La capacité de multiplication des mouches étant considérable, une fois déclenché, le processus d’infestation est exponentiel. La réussite du plan de gestion est conditionnée par la précocité de mise en œuvre des mesures de prévention et le suivi des actions de lutte.
La capacité de multiplication des mouches étant considérable, une fois déclenché, le processus d’infestation est exponentiel. La réussite du plan de gestion est conditionnée par la précocité de mise en œuvre des mesures de prévention et le suivi des actions de lutte.
© GDS Creuse

Pour mettre en œuvre des mesures efficaces, l’idéal est d’intervenir en amont afin de bloquer le développement des larves sur votre élevage.

Les diptères, un impact important en élevage
Comme nous l’avons vu dans l’article précédent (cf. Insectes vecteurs), les mouches ont un pouvoir pathogène par leurs larves (myase) et, avec d’autres diptères, exposent votre élevage à de nombreuses maladies. En cas d’infestation importante, notamment de mouches, le quotidien des animaux, au pré ou en bâtiment, peut devenir « invivable ». Les conséquences sont multiples : baisse de la production de lait liée à l’agitation des vaches, traites mouvementées, baisse du GMQ, agressivité des animaux,… Ce désagrément touche également l’éleveur, notamment si la maison est à proximité des animaux, mais également le voisinage au sens large, générant des tensions avec les riverains. La mise en œuvre de mesures préventives permet de limiter l’évolution des populations de mouches.

Les mouches et moucherons : différentes espèces à connaître…
Les espèces de mouches les plus fréquemment rencontrées sont la mouche domestique (Musca domestica), la mouche d’automne (Musca automnalis), la mouche de la tête (Hydrotaea irritans), la mouche piqueuse des étables (Stomoxys calcitrans) et la mouche des cornes (Haematobia irritans). Les trois premières espèces sont des mouches « lécheuses », omnivores, qui se nourrissent sur les animaux (déchets de peau, liquides organiques…) et de matière organique en décomposition. Les autres sont des mouches « piqueuses » qui se nourrissent exclusivement de sang, ce qui en fait des espèces très agressives, particulièrement par temps orageux. Les taons et les moucherons piqueurs (simulies, culicoïdes) sont présents dans les biotopes humides, notamment les prairies proches des ruisseaux, les zones boueuses et en lisière des bois. Les mesures préventives à mettre en œuvre contre ces insectes sont de ce fait beaucoup plus limitées.

… et un développement des larves sur de la matière organique
Pendant la période hivernale, les mouches se cachent dans des anfractuosités en attendant le retour de températures favorables. Dès les mois de février/mars, elles peuvent reprendre une activité (notamment les stomoxes). Elles aiment l’humidité, la matière organique et les animaux. Le cycle de reproduction est très simple, une mouche vit 20 jours en moyenne en période estivale et pond plusieurs centaines d’œufs à la fois, soit plus de mille œufs dans sa vie. Ils vont éclore, donnant naissance à des larves (« asticots ») qui se nourrissent et se développent dans la matière organique puis se transforment en pupe avant l’émergence de la mouche adulte. Plus de 80 % de la population globale est constituée de larves et pupes et 90 % des mouches présentes dans un élevage sont nées dans cet élevage. Cela confirme la nécessité de maîtriser les supports de reproduction dans la gestion globale de ces insectes.

Agir dès le printemps, avec la gestion des effluents, …
La réussite du plan de gestion contre les mouches dépend de sa précocité et de l’application de mesures de biosécurité. Les mouches se nourrissant sur les animaux, elles s’éloignent peu des troupeaux, y compris pour pondre. L’objectif de l’éleveur sera donc de laisser le moins de matière organique possible à proximité. Cela passe par une bonne hygiène des locaux, avec curage et nettoyage régulier des bâtiments et des niches à veaux, entretien des litières et évacuation des jus, l’éloignement des fosses à lisier ou des fumières (minimum 200 mètres, idéalement plus de 500 mètres), le nettoyage des outils d’épandage (épandeur, godet…) et une gestion rigoureuse des cadavres et des placentas (bac équarrissage, cloche à cadavre). Au niveau des tas de fumier, la pratique du compostage, avec dégagement plus important de chaleur, bloque le développement des larves. Le brassage des fosses à lisier permet également de limiter les pontes.

… des ressources alimentaires …
Pour limiter les sites de reproduction, on restera vigilant sur les zones autour des abreuvoirs, les litières humides ou la présence d’eau stagnante. Les fourrages humides comme les ensilages d’herbe ou de maïs ou les déchets de distribution peuvent constituer d’excellents supports de ponte. Il faut être rigoureux dans la propreté des abords des silos d’ensilage et d’aliments. La présence de résidus de lait (nurserie, transformation fromagère…) favorise la présence des mouches lécheuses. Au pré, la distribution de seaux à l’ail a démontré une action répulsive sur plusieurs espèces de mouches, dont Wohlfahrtia magnifica.

… et de l’aménagement du bâtiment
Lorsque c’est possible, gardez les bâtiments fermés ou installez des lanières anti-mouches. Dans les bâtiments ouverts, les mouches n’aiment pas les courants d’air, une bonne ventilation de toutes les zones d’élevage freine leur implantation. Dans les locaux techniques, les caillebotis, grilles d’évacuation et autres recoins sont d’excellents gîtes de ponte, il faut les nettoyer très régulièrement.

Une nécessaire gestion sanitaire globale
L’objectif pour chaque éleveur est de mettre en œuvre des mesures qui permettent de maintenir un niveau de population de mouches acceptable. À proximité des bâtiments, cela demande d’intervenir avant de voir les adultes en nombre pour éviter de se laisser dépasser. Au pré, la présence de bosquets ombragés permet aux animaux de s’abriter et de se frotter pour chasser les indésirables. Dans notre prochain article, nous aborderons les différents moyens de lutte à disposition pour compléter ces mesures préventives.

Température ambiante (°C) Durée ponte-éclosion Durée stade larvaire Durée stade pupe Durée moyenne ponte-envol
16 2 jours 11-26 jours 11-26 jours 40-49 jours
20 1 jour 8-10 jours 8-10 jours 17-21 jours
30 0,5 jour 5-6 jours 5-6 jours 10-11 jours

La durée du cycle est étroitement liée à la température ambiante, plus il fait chaud, plus la dynamique de contamination s’accélère.

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière