Aller au contenu principal

Près de 200 animaux aux journées allaitantes

Journées allaitantes Aubracs, Charolaises, Limousines et Salers en concours les 13 et 14 septembre à St Paulien.

Affiches des journées allaitantes
Affiches des journées allaitantes
© Chambre d'agriculture/ Excepto

Tout le fleuron de l’élevage allaitant du département sera à St Paulien à l’occasion des Journées allaitantes des 13 et 14 septembre prochains. Près de 200 animaux (185 inscrits à ce jour) seront présentés en concours dans les 4 races élevées en Haute-Loire : Aubracs, Charolaises, Limousines et Salers. Ces animaux sont issus de 35 élevages (7 en Aubrac, 7 en Charolais, 17 en Limousin et 6 en salers).
Michel Chouvier président de l’EDE (Établissements Départemental de l’Élevage) souligne tout l’intérêt d’une telle manifestation. «Ces journées permettent de présenter le cheptel allaitant du département dans la diversité de ses 4 races. Elles mettent en avant le travail des éleveurs depuis de nombreuses années». C’est en effet une véritable vitrine de ce qui se fait de mieux sur le département qui sera offerte aux agriculteurs mais aussi au grand public.
D’année en année, le cheptel allaitant progresse (on dénombre 26 730 vaches début 2014) et sa qualité s’affirme. «Les éleveurs ont de plus en plus fait entrer la technique au sein de leur troupeau à travers la génétique, l’alimentation ou la conduite du cheptel».
Malgré des circuits de commercialisation et des prix qui fluctuent, la production de viande bovine dans des zones comme la Haute-Loire a encore toute sa place, selon Michel Chouvier. Et il souligne en particulier «les productions sous signe de qualité qu’on a su mettre en place et consolider», des atouts essentiels pour la Haute-Loire
et son élevage.

Challenge de la génétique
Parce que les éleveurs allaitants du département croient en leur production et veulent montrer le meilleur de leurs élevages… parce que leurs animaux appartiennent à l’élite départementale… parce qu’ils veulent montrer que la viande bovine a toute sa place… ils seront à St Paulien les 13 et 14 septembre. Tous les animaux qui vont faire le déplacement seront incrits en concours dans leur race respective. Et par ailleurs les élevages participeront également au Challenge de la génétique, un concours basé, non pas sur l’aspect des animaux, mais sur leurs résultats techniques. Ces chiffres sont issus des données du Contrôle de performances auquel sont inscrits ces exploitations.
Ce Challenge est particulièrement important pour les éleveurs comme pour les responsables de l’élevage car c’est bien à travers ces critères techniques que l’on mesure les progrès génétiques des élevages.
Et le programme de ces journées allaitantes ne serait pas complet sans le concours des jeunes meneurs ; un temps fort plébiscité par le public et très apprécié par les jeunes participants. Une belle occasion de mettre en avant la future génération d’éleveurs qui est toujours prompte à marcher dans le sillon paternel.


Suzanne Marion

Les plus lus

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Les chargeurs télescopiques électriques ont l’avantage d’offrir un fonctionnement sans bruit et sans émissions dans les bâtiments.
Les chargeurs compacts et ultracompacts s’affichent comme les nouveaux valets de ferme

De plus en plus présents dans les exploitations d’élevage, les petits automoteurs de manutention à bras 
télescopique…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière