Aller au contenu principal

LOUP
Pourquoi les plafonds de tirs sont maintenus ?

La population lupine est en baisse de 9% mais les plafonds de tirs sont maintenus face à l'augmentation du nombre d'attaques.  

loup dans les fougères
© Freepik

Lors de la réunion du Groupe national loup le 24 mai, la préfète coordinatrice a annoncé que le plafond de tirs resterait fixé à 209 individus en 2024, malgré la baisse confirmée du nombre de prédateurs, indique Claude Font, secrétaire général de la FNO (éleveurs d’ovins, FNSEA). «Cette année est une année intermédiaire», explique-t-il : à partir de 2025, une seule estimation consolidée de la population lupine sera communiquée en fin d’année, servant de base pour le plafond de tirs de l’année suivante.

Les pouvoirs publics ont confirmé l’estimation de la population de loups à 1 003 individus (sur la base des indices récoltés entre mars 2023 et mars 2024) contre 1 104 en 2023 soit -9% en un an. En revanche, les attaques et les dégâts seraient en hausse début 2024, selon M.Font : +22% en nombre de constats et +40% en nombre de victimes, à fin avril. 

Ces hausses sont certes constatées majoritairement dans les départements nouvellement prédatés, toutefois de fortes augmentations sont également notifiées dans les départements historiques notamment concernant le nombre de victime », constate le responsable loup de la FNSEA.

Le sujet de la simplification administrative était également à l’ordre du jour du Groupe national loup (paiements des aides aux moyens de protection notamment), ainsi que celui de l’indemnisation des pertes indirectes – pour lequel une réunion est prévue avant l’été.

Des choses avancent à ce sujet notamment au niveau des pièces administratives obligatoire, reconnait Bernard Mogenet, responsable loup à la FNSEA. Toutefois, les délais de paiement sont encore trop importants. Certains éleveurs, par exemple, vont débuter la saison avec leurs bergers sans avoir touché l’aide pour l’an dernier. » 

L’inquiétude grandit également concernant le budget, les demandes de paiement ayant en 2023 augmentaient de 18 % par rapport à l’an dernier. La problématique de l’indemnisation des pertes indirectes a également été abordée. Une réunion à ce sujet est prévue avant l’été.

À lire aussi : Deux attaques de loup à Perpezat (63)

 

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière