Aller au contenu principal

Pour que dure l’élevage à taille humaine

Carrefour international du monde de l’élevage, le Sommet de l’Élevage (Clermont-Ferrand) mettra le cap cette année sur le renouvellement des générations et entend se positionner comme le leader de l’élevage durable.

© Sommet de l'élevage

La trente-et-une-énième édition du Sommet de l’Élevage devrait signer le retour à un déroulement classique, le spectre de la pandémie de covid éloigné, du moins à date. À quatre mois de l’ouverture, les organisateurs, réunis au ministère de l’Agriculture, la semaine dernière, lors d’une conférence de presse, se sont montrés résolument confiants, étayés par des chiffres plus qu’encourageants : 1 385 exposants sont déjà inscrits, « notre objectif est d’en accueillir 1 500 dont 20 % qui viennent de 32 pays. Le secteur de la transition énergétique progresse fortement avec 30 % d’entreprises supplémentaires », précise Fabrice Berthon, commissaire général du Sommet. La pénurie de matériels ne devrait pas selon lui avoir une incidence notoire sur la commercialisation du salon. « Les constructeurs seront présent au Sommet. Les contacts vont se faire, même si les contrats se feront plus tard ». En quatre jours, les organisateurs espèrent dépasser la barre des 100 000 visiteurs. Une ambition à portée de main, selon le président du salon Jacques Chazalet, au regard de l’intérêt multiple de l’événement. « Les gens viennent au Sommet pour allier l’utile à l’agréable, comprenez se renseigner, prendre des contacts, admirer des animaux, participer à des conférences éclairantes pour leur activité, le tout en toute convivialité ».

Temps forts de la politique agricole
Si en 2022, le défilé des politiques sera moins nourri qu’en 2021, attisé par l’échéance présidentielle, en revanche, comme à l’habitude des temps forts de l’actualité agricole devrait se tenir au Sommet, rassemblant des élus nationaux mais aussi européens. Une délégation du Sénat est d’ores et déjà annoncée. Côté international, la Mongolie sera le pays à l’honneur de cette nouvelle édition. Une délégation du Sommet s’est d’ailleurs envolée ce lundi pour un voyage d’études d’une semaine dans ce pays, qui coopère régulièrement avec la France, comme le précise Ulambayar Nyamkhuu, ambassadrice de Mongolie en France : « Nous avons une longue tradition de pastoralisme en Mongolie qui nous rapproche de la France. Nos politiques publiques promeuvent nos ressources naturelles dont le bétail est l’emblème ». En participant au Sommet, la Mongolie entend exposer son potentiel afin de nouer de bons partenariats avec les sociétés françaises et étrangères, sur la génétique notamment.

Durabilité et renouvellement des générations
Confiants et plein de ressources pour positionner le Sommet non seulement comme un carrefour politique, international et économique de poids, les organisateurs entendent à l’aube de cette trentième décennie devenir le fer de lance du développement de l’élevage durable. « La durabilité est un enjeu majeur qui s’inscrit dans le sens de l’histoire avec des textes réglementaires européens qui nous y poussent. Un temps fort autour de cette thématique en lien avec le Green deal européen (pacte vert) devrait être organisé au Sommet », explique Bruno Dufayet, président de l’Apramac (Association pour la promotion agricole du Massif central, comité de gouvernance du Sommet de l’Elevage). Pour lui, durabilité et économie sont compatibles à condition de bien circonscrire ce qu’on entend par élevage durable : « des animaux nourris à l’herbe, évoluant sur des exploitations à taille humaine produisant des viandes de qualité suffisamment rémunérées pour permettre à chacun d’en vivre… » Si l’enjeu de la rentabilité est bien réel, il l’est d’autant plus à l’heure où plus de la moitié des éleveurs ont plus de 50 ans. « Le renouvellement des exploitations agricoles est un enjeu fort. S’il n’y a pas de transmission, il n’y aura pas de durabilité. Le Sommet n’a pas vocation à se substituer à ceux qui œuvrent à l’installation, la transmission, au développement du salariat, mais le salon est une occasion à saisir pour donner un écho supplémentaire à cette thématique », estime Jacques Chazalet. En clin d’œil à cette indispensable relève, Laurent Andriot du Gaec Clame-Andriot dans l’Allier et son fils de 13 ans, Maxence, posent sur l’affiche du Sommet 2022, aux côtés de Martinique, leur vache charolaise âgée de cinq ans. La race sera la tête d’affiche du prochain Sommet, en organisant son concours national au Zénith. « Un cadre noir et néanmoins prestigieux qui sied particulièrement aux belles à la robe blanche », selon Sébastien Cluzel, président du Herd-Book charolais, éleveur dans le Puy-de-Dôme.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Mesurer les impacts du futur cahier des charges AOP cantal sur une exploitation

La journée technique, programmée par l’organisme de gestion de l’appellation AOP cantal, a donné l’occasion de projeter sur un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière