Aller au contenu principal

Photovoltaïque
Pas de bâtiment sans panneaux photovoltaïques !

Au Gaec Salers et Bol d'Air, l'énergie photovoltaïque tient une place très importante. Deux centrales (100 kWc
et 190 kWc) sont installées sur les toits des bâtiments agricoles de l'exploitation.

Nicolas et Lise Russier avec Florent Gagne, conseiller énergies renouvelables à la Chambre d'agriculture (à gauche sur la photo).
Nicolas et Lise Russier avec Florent Gagne, conseiller énergies renouvelables à la Chambre d'agriculture (à gauche sur la photo).
© HLP

À Mazalibrand, sur la commune du Mazet St Voy, Nicolas Russier associé à son épouse Lise sur le Gaec Salers et Bol d'Air, mise sur le photovoltaïque et ce depuis son installation en 2011. Installé en hors cadre familial en allaitant et en équins Comtois suite à la reprise d’un terrain familial, Nicolas ne disposait pas de bâtiment, pourtant nécessaire à cette altitude, alors il a immédiatement pensé à lancer un projet photovoltaïque pour financer une bonne partie de l'investissement. "La construction du bâtiment et de la centrale photovoltaïque nécessitant un investissement total de 1 million d'€, les banques ne m'ont pas donné leur accord. Pour moi la solution fut alors de trouver un investisseur pour construire le bâtiment et y installer la centrale" explique Nicolas qui s'est tourné vers la société SunAir, très vite rachetée par des privés.

Un investisseur pour financer le bâtiment et la centrale

Ce sont ces derniers qui ont financé et élaboré la stabulation de 1700 m2 avec aire paillée et sto-
ckage et équipé la toiture d'une centrale de 190 kWc sur le toit (1000 m2 de panneaux). Restait à la charge de l'éleveur : le terrassement et l'aménagement intérieur du bâtiment. Moyennant un bail emphytéotique de 30 ans, les éleveurs jouissent du bâtiment, et de leur côté les propriétaires du bâtiment et de la centrale bénéficient de la vente de l'électricité produite. La centrale est commandée, contrôlée à distance et entretenue par ses propriétaires. Au bout de 30 ans, le bâtiment reviendra de plein droit aux éleveurs ; quant à l'installation photovoltaïque, 2 choix s'offrent au Gaec : soit les propriétaires démantèlent la centrale à leur frais 2 ans avant, soit les éleveurs la conservent en totalité. Au bilan Nicolas se dit satisfait de ce système qui lui a permis de démarrer son exploitation à moindre coût.

L'aventure photovoltaïque continue

Quelques années plus tard, en 2019, le Gaec se lance à nouveau dans l'aventure photovoltaïque. Le troupeau s'agrandit (de 70 à 80 mères), Nicolas réfléchit alors à la construction d'un nouveau bâtiment... Il est bien décidé à se lancer mais à la condition de pouvoir installer des panneaux photovoltaïques "pour avoir un retour sur investissement". "Vu que le coût de raccordement n'était pas excessif (4 500 €), puisqu'il a suffi de se raccorder à l'installation précédente, je me suis lancé !". La famille
Russier a opté pour une stabulation aire paillée de 1200 m2 et a choisi l'entreprise Arvern'Energies Développement pour l'installation d'une centrale de 100 kWc. "Nous nous sommes regroupés à 3 agriculteurs du Haut-Lignon pour équiper nos toitures en même temps et ainsi pouvoir négocier les tarifs. La centrale posée (dotée de panneaux avec optimiseurs de puissance) m'a coûté 70 000 €". L'électricité produite par son installation est rachetée au tarif de 10,98 cts d'€ le kWh pendant 20 ans avec une réactualisation annuelle du tarif à la hausse.

"La vente de l'électricité rembourse environ un tiers de l'investissement. Et même si tu ne te lèves pas le matin, tu sais que tu vas gagner entre 50 et 80 € par jour (selon l'ensoleillement)" dit-il avec humour. Pour plus de sérénité au quotidien, Nicolas a opté pour un contrat de maintenance qui lui permet de contrôler le fonctionnement de sa centrale depuis son ordinateur. Le seul problème auquel il a été confronté, c'est le délai nécessaire pour éditer le contrat avec EDF, ce qui l'a conduit à facturer son électricité au bout d'un an au lieu de 6 mois...

Véritablement convaincu par le photovoltaïque, l'éleveur envisage à présent de recouvrir de panneaux les deux dernières travées de la toiture de sa deuxième stabulation pour y installer une centrale de 36 kWc en auto-consommation ou en revente totale.

Du photovoltaïque aussi pour la Cuma du Lizieux

Même la Cuma du Lizieux, que préside Nicolas Russier  a récemment joué la carte du photovoltaïque pour financer son bâtiment de 800 m2 construit en 2021 au Mazet St Voy. " Après plusieurs devis, on a fait affaire avec l'entreprise Triangle Energie (Loir et Cher). Un tiers investisseur a participé au financement du bâtiment et à l'installation de la centrale photovoltaïque (100 kWc avec des panneaux occupant 500 m2) et la Cuma s'est chargée du terrassement. Les revenus du photovoltaïque vont payer l'annuité de notre investissement dans ce bâtiment" souligne-t-il. "C'est dommage de disposer d'un toit nu, sans panneaux photovoltaïques. Toutefois, avant de se lancer, il faut bien évaluer le montant des frais de raccordement au réseau électrique national".

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière