Aller au contenu principal

INTERVIEW
Osez le compostage !

Installé sur la commune de Saint-Rémy-en-Rollat en polycultures élevage, Julien Bény composte son fumier depuis 2021. 

Julien Bény, installé sur la commune de Saint-Rémy en Rollat
© Julien Bény

 Il a décidé de se lancer il y a maintenant trois ans. Depuis 2021, Julien Bény composte du fumier de cheval et de bovin. « J’en avais entendu parler au sein de la FD Cuma et dans les journaux », énonce-t-il. « Lorsque je sors mon fumier de la stabulation, je le roule avec des remorques. On en fait des lignes, il faut ensuite attendre 15 jours à trois semaines. La machine va ensuite retourner le fumier, l’émietter, le monter en température jusqu’à 80 degrés, ce qui permet son hygiénisation. Toutes les bactéries et les virus sont détruits. Pour un fumier bien composté, il faut attendre le deuxième passage de la machine. Elle permet d’oxygéner le fumier. C’est à ce moment-là qu’il se transforme et devient du compost. » Julien Bény peut ensuite s’en servir dans son jardin et son potager. « Chaque fumier a ses caractéristiques propres, il va permettre l’amélioration d’un type de sol en particulier car l’on apporte de la matière organique, des nutriments, comme l’azote, le phosphore ou encore le potassium ». Composé de déjections animales mais aussi de paille et de déchets végétaux, il va rendre la terre beaucoup plus facile à travailler, elle sera plus perméable à l’air et à l’eau. L’ajout de fumier va participer à l’activité du sol en créant du humus, tout en améliorant la capacité de stockage de l’eau. Suivant le type et la qualité du fumier, une terre argileuse peut être allégée et une terre légère sera densifiée. 

Il n’est pas conseillé d’utiliser du fumier frais directement sur les plantations, car il peut les brûler en se décomposant et contient un nombre trop important de germes. « Le fumier de cheval est plus facile à écarter, c’est un produit beaucoup plus homogène », ajoute l’agriculteur. 

« Un épandeur plus précis » 

Depuis qu’il composte son fumier, Julien Bény constate de nombreux avantages sur son exploitation. « Le compost est un épandeur plus précis, on peut diminuer de deux tiers l’écartage car une fois composté, le fumier est beaucoup moins dense. Une fois composté, le fumier n’a plus du tout d’odeur. On peut aussi l’épandre plus près des maisons sans pour autant gêner ses voisins », conclut-il.

Les plus lus

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

De gauche à droite : Anthony Fayolle (SG) et Nicolas Merle (Président).
Un nouveau duo à la tête de la FDSEA de Haute-Loire

Jeudi 3 avril, le nouveau conseil d'administration de la FDSEA de Haute-Loire a élu président, secrétaire général ainsi que…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière