Aller au contenu principal

“Nous n’entendons pas en rester au stade des études”

État et Conseil général sur la même longueur d’onde lors de la signature officielle du PDMI 2009-2014.

Un engagement de l’État qualifié d’“historique” par Vincent Descœur entouré d’élus de communes concernées par l’aménagement de la RN122.
Un engagement de l’État qualifié d’“historique” par Vincent Descœur entouré d’élus de communes concernées par l’aménagement de la RN122.
© P.O.

Toute formelle qu'elle soit, la signature de la convention relative au programme de modernisation des itinéraires du réseau routier national en Auvergne (PDMI) pour la période 2009-2014 avait pour le président du Conseil général, un goût particulier, des plus suaves. Et comme Patrick Stéfanini, préfet de la région Auvergne, qui engageait la signature de l'État, Vincent Descœur n'a pas boudé son plaisir de voir ainsi aboutir officiellement la première étape du marathon qu'il a engagé pour faire de la RN 122 une nationale digne de ce nom et un réel axe de désenclavement du Cantal. "Cette signature n'est pas que symbolique, elle est déterminante pour le département, a assuré le député le 19 juillet. C'est le fruit d'un long travail de réflexion, d'échanges et de concertation qui consistait à arrêter le parti pris sur le tracé et la participation de l'État". Un État qui a décidé d'une rallonge de cinq millions d'euros à son chèque initial - 37 millions d'euros (Me) - et au financement voté par l'Assemblée départementale (10 % du total soit une contribution du Département à hauteur de 4,2 Me). Un engagement des pouvoirs publics "jamais atteint", que saluait le chef de l'exécutif départemental, sans omettre de regretter la fin de non-recevoir délivrée par la Région et de répéter son ambition de voir émises au cours de ce programme des hypothèses sur le contournement de Maurs et le raccordement avec le Lot "pour que le prochain PDMI soit décisif".

Un aboutissement et une étape

"Avant de parler des routes, je voudrais parler de l'économie, a entamé le préfet de Région. J'ai visité ce matin deux entreprises extraordinairement dynamiques, cham-pionnes dans leur secteur, la cosmétologie, où on m'a parlé de difficulté à recruter de la main d'œuvre. Cela pose la question des conditions d'accès" à Aurillac. La transition était habilement trouvée pour le représentant de l'État pour marquer l'apport de la modernisation de la RN 122 au regard des enjeux économiques, d'aménagement du territoire mais aussi de sécurité routière. Et Patrick Stéfanini de relever le poids du PDMI auvergnat : le quatrième au plan national de par la contribution de l'État. "Nous ne sommes précédés que par l'Ile-de-France, Rhône-Alpes et Paca", a-t-il souligné en rendant à son tour hommage à l'ambition et au pragmatisme de son interlocuteur cantalien dans ce dossier. En écho à ce dernier, Patrick Stéfanini s'est avancé sur un début des travaux en 2012 pour le contournement de Sansac-de-Marmiesse, soit le lancement de l'enquête d'utilité publique - préalable à la délégation d'utilité publique - à l'été 2011. Quant à la déviation de Polminhac, le préfet de Région a dit avoir veillé à ce que soient inscrites dans le PDMI actuel "des choses qui se passeront en 2014" (voir le calendrier). "Nous n'entendons pas en rester au stade des études", a affiché le préfet, précisant que ce PDMI était à la fois un aboutissement et une étape. "Même si les routes n'ont pas toujours bonne presse, remarquait-il - non sans arrière-pensée - l'aménagement routier devra être poursuivi au-delà de 2014 via un nouveau PDMI et des études sur le Sud d'Aurillac".

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière