Aller au contenu principal

« Nous n’avons jamais demandé de prix minimum »

Henri Brichart vice-président de la FNSEA, en charge des dossiers européens.

© Actuagri

Henri Brichart revient sur l’enquête ouverte par la Commission sur de soi-disant comportements anticoncurrentiels dans les filières élevage. Pour la FNSEA il ne s’agissait pas de s’engager sur des prix, mais de trouver les moyens d’améliorer le revenu des paysans.

La Commission européenne ouvre une enquête au regard de soupçons d’entente sur les prix en France et cela concerne l’élevage. Que savez-vous ?
Depuis deux ans, la France et l’élevage français subissent une crise agricole historique. Pour faire face à cela le gouvernement a organisé des tables rondes avec l’ensemble des acteurs et nous y avons naturellement participé. Cette enquête vise à comprendre qui a dit quoi ? Qui a fait quoi ? Nous répondrons aux questions de la Commission en toute bonne foi.

On parle de comportements anti-concurrentiels ?
En effet, c’est le terme retenu pour cette enquête. Il me laisse dubitatif car en aucun cas il ne s’agissait de s’engager sur des prix mais bien de sauver l’élevage français et d’obtenir les moyens d’améliorer les revenus des paysans. Nous connaissons fort bien les règles européennes, soyez-en sûrs ! Pour autant faut-il renoncer à toute initiative, à tout sursaut, à toute volonté quand le travail de milliers d’agriculteurs est en danger ?

Les conséquences peuvent être lourdes si cela était avéré ?
Ces tables rondes se sont déroulées sous l’autorité du ministre de l’Agriculture et en toute transparence. La seule entente qui existe, c’est celle qui consiste à lâcher les paysans français dans le bouillon de la mondialisation sans aucune sécurité, sans protection et sans avenir. Nous n’avons jamais demandé de prix minimum mais des mesures pour sauver l’élevage Français ; en particulier nous avons mis en avant le fait que les prix payés aux éleveurs ne leur permettaient pas de couvrir leurs coûts de production.

N’avez-vous pas peur que cette initiative européenne n’acte le divorce des paysans avec l’Europe ?
Grâce à ce couple historique paysans/Europe, de magnifiques choses ont été réalisées. Aujourd’hui, nous avons une Europe qui contraint et qui restreint plus qu’elle n’aide et ne soutient. Nous le regrettons. Nous avons besoin de plus et mieux d’Europe. En aucun cas il ne s’agit d’enlever à l’Europe ses lettres de noblesse. Elle doit redevenir proche des préoccupations des gens. Des milliers d’éleveurs en danger, ce devrait être une belle cause pour l’Europe et non un dossier !

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière