Aller au contenu principal

Directive Emissions Industrielles
"Nos élevages bovins français ne sont pas des installations industrielles"

Dans un communiqué, publié ce jour, la Fédération nationale bovine exhorte la France à se battre contre l'intégration de l'élevage bovin dans la directive IED. Et vite !

Alors que durant les dix jours du salon de l'agriculture, le ministre de l'Agriculture n'a cessé de rappeler son attachement au modèle d'élevage bovin familial à la française, s'interrogeant de fait et assez légitimement sur la pertinence de l'adosser à une pratique industrielle, voilà qu'à Bruxelles, le scénario n'est pas si simple.

Explications. Hier, jeudi 16 mars, le conseil européen de l'Environnement était réuni à Bruxelles. A l'ordre du jour, l'examen de la hautement sensible pour ne pas dire inflammable, directive IED (directive émissions industrielles), qui pourrait à terme contraindre les élevages de plus de 350 UGB. La France siège évidemment dans cette instance. Mais jeudi, silence radio, en dépit des positions fermes affichées à Paris. Pire, "en soutenant immédiatement la proposition formulée par la Présidence Suédoise du Conseil, ce sont plusieurs milliers d’élevages bovins français que la France a consenti à assimiler à des installations industrielles, à contraindre. Une aberration que le Parlement européen peut, heureusement, encore décider de refuser", explique la Fédération nationale bovine, dans un communiqué.

Accords UE-MERCOSUR : Mais que fait la France ?

Ce décalage manifeste entre les positions défendues à Paris, et celles portées à Bruxelles, agacent d'autant plus les éleveurs, qu'il y a d'autres sujets brûlants sur le feu, où la France tarde à se positionner dans le cadre européen. En tête, l'accord UE-Mercosur, sur lequel pourtant d'autres pays, comme l'Autriche ont eu le courage d'annoncer la couleur. En effet, en vue d'une réunion du Conseil Agricole européen du 20 mars portant sur cet accord, l’Autriche a publié une note dans laquelle elle exige des clauses miroirs (réciprocité des normes) et s’oppose au découpage de l’accord. D'une part, pour conserver son veto et d'autre part, pour pouvoir examiner le texte devant les parlements nationaux. 

A ce stade, les éleveurs français attendent donc que la France stoppe cette attitude permanente de volte-face, car il en va de la pérennité de milliers de fermes. 

 

Patrick Bénézit, Président de la Fédération Nationale Bovine : « C’est à Bruxelles que se joue l’avenir de l’accord UE – Mercosur et pas dans les travées du Salon de l’Agriculture : il semble donc urgent que la France s’exprime clairement et officiellement sur le sujet, dans les institutions pertinentes ! »

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière