Aller au contenu principal

Ne négligez plus les prairies humides !

Souvent considérées à tort comme un point noir au sein d'une pâture, les prairies humides offrent pourtant une production herbagère à ne pas négliger, notamment lors des sécheresses.

L'exploitation des prairies humides demande une adaptation au cas par cas suivant l'année.
L'exploitation des prairies humides demande une adaptation au cas par cas suivant l'année.
© Mélodie Comte

Souvent impraticables tant par les animaux que par le matériel, les prairies humides sont considérées comme un point noir au sein d'une vaste pâture. Pourtant, la multiplication des diagnostics multifonctionnels du système fourrager (Diam) montre qu'elles sont une ressource fourragère à ne plus négliger, surtout les années sèches.

Jusqu'à 6 tonnes MS par hectare et par an

Chaque année, les projections climatiques se vérifient. La hausse des températures moyennes et la baisse de la pluviométrie entraînent une augmentation de l'ETP (évapotranspiration) de 10 à 20 mm par mois au printemps et en été. La production d'herbe est impactée de l'ordre de 23 % mettant à mal bien des élevages. Plus que jamais, il est temps de reconsidérer l'herbe comme une culture à part entière et de raisonner sa pâture, à commencer par les prairies humides. Ces morceaux de parcelle sont aujourd'hui sous-exploités. Pourtant, selon le type de prairie humide, la pousse de l'herbe est à reconsidérer. En s'appuyant sur les résultats de 45 Diam (soit plus de 5 000 ha de prairies explorées), Géraldine Dupic, conseillère fourrage à la chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, a établi des estimations de production. Sur les sols frais, le rendement (fauche et pâture) est en moyenne de 6 t MS par hectare et par an. Sur les sols humides et très humides, il est compris entre 2 et 4 t MS par hectare et par an. Nous sommes bien loin des valeurs de certaines prairies, y compris permanentes, pourtant cette herbe peut faire toute la différence.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière