Aller au contenu principal

Syndicalisme
Mobilisation générale le 21 novembre : « Alimentation française : bientôt la faim ? »

La FRSEA et les JA Auvergne-Rhône-Alpes participeront activement à l’appel à mobilisation lancé au niveau national du 20 au 24 novembre. Les douze départements de la région vont bouger majoritairement le 21 novembre. Objectif : alerter sur la mise en péril de la souveraineté alimentaire de la France et obtenir des engagements de l’État et de la grande distribution.FRSEA

Le 21 novembre, le syndicalisme majoritaire se mobilise.
Le 21 novembre, le syndicalisme majoritaire se mobilise.
© © Excepto

Réunis en séminaire la semaine dernière à Saint-Flour dans le Cantal, les élus de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes ont décidé de mener dans tous les départements une action syndicale le 21 novembre prochain, rejoignant ainsi l’appel à mobilisation lancé par la FNSEA et les JA. Le président de la FRSEA Aura, Michel Joux éclaire les enjeux de ces actions. 
 

Quel est le contexte ?


Michel Joux : L’empilement des normes et des règlements en tout genre hypothèquent nos capacités de production. Sur le terrain, beaucoup d’agriculteurs sont découragés avec cette impression tenace de produire des aliments de qualité, mais pas suffisamment rémunérés et qui plus est, sont challengés par des produits importés aux coûts de production bien plus faibles et à la qualité très discutable. Ce qui était inimaginable, il y a encore quelques années est désormais une réalité : la France importe la moitié de son alimentation et nous déléguons à d’autres l’alimentation des Français, « une folie », ainsi que le déplorait le président de la République au moment du Covid. Bref, nous faisons le contraire de ce qu’il faudrait faire. Il est temps de siffler la fin de la récréation. Les agriculteurs sont prêts à relever ce défi de la transition écologique et à partager un projet ambitieux de souveraineté alimentaire. Encore faut-il qu’ils aient les moyens de le faire et qu’ils disposent d’un revenu suffisant pour s’y engager.
 

Quelles sont vos revendications ?


M.J. : En premier lieu, nous exigeons des prix rémunérateurs pour les producteurs à travers le déploiement de tous les dispositifs prévus par la loi Ega. Cette rémunération suffisante doit s’accompagner d’une maîtrise des charges. Nous refusons à ce titre toutes augmentations nouvelles : redevance eau, redevance pour pollution diffuse… Ensuite, nous entendons dénoncer l’incohérence de l’état qui un jour défend la souveraineté alimentaire française et de l’autre autorise l’importation massive en s’asseyant sur l’origine française des denrées, gage de produits sains, sûrs et de qualité. Les accords de libre-échange sont à ce titre des armes de destruction massive de notre agriculture française. Au global, les politiques publiques doivent retrouver de la cohérence. Entre empilement des plans d’aides (Bio, protéines, viticulture, fruits et légumes, etc.) et des normes (IED, PAC, suppression des molécules telles que le glyphosate, le phosmet, etc. sans solutions effectives pour les producteurs), les agriculteurs sont découragés… Ils réclament légitimement une vraie vision d’avenir pour l’agriculture.
 

Les pouvoirs publics français manquent-ils d’ambition pour leur agriculture ?


M.J. : Le manque d’ambition pour nos agriculteurs, nos productions, nos jeunes est aujourd’hui criant. Il nous faut un pacte assorti de moyens et de cohérence pour réarmer l’agriculture française et répondre aux enjeux de souveraineté alimentaire et de renouvellement des générations en agriculture.
 

Quels types d’actions sont-elles prévues le 21 novembre ?


M.J. : L’ensemble des FDSEA-JA des départements d’Auvergne-Rhône-Alpes vont cibler prioritairement la grande distribution en mettant à l’index les produits non origine France, mal étiquetés ou dont le prix ne peut pas rémunérer le producteur. Dans un second temps, les agriculteurs ont prévu de rencontrer leur préfet à l’échelle départementale et régionale. 

 

FDSEA et JA de Haute-Loire appellent les agricultrices et agriculteurs à se mobiliser les 20 et 21 
novembre prochains.


L’accumulation de plans, ces dernières années, n’a pas empêché l’empilement des normes : contraintes environnementales, réglementation des productions… Ces mesures sont des réponses à très court terme ; ni structuration, ni vision claire ne sont apportées à l’agriculture.
Ajoutés à cela, des retards de paiement PAC, de DJA qui mettent à mal les trésoreries des exploitations.
Et que dire du désengagement progressif de l’État sur la détaxation du GNR ? Quid du dispositif en 2030 ?
L’agriculture se sent délaissée par nos dirigeants. Est-ce également au prix de toutes ces injonctions, qu’elle doit également assurer une soi-disant « souveraineté alimentaire » ?
Les négociations commerciales bilatérales s’empilent sans aucune cohérence avec l’ensemble des politiques européennes. L’agriculture y est utilisée comme une monnaie d’échange contre d’autres produits industriels (automobile, aviation, etc.), il s’agit d’une grande source d’instabilité peu sécurisante pour les agriculteurs et comment dans ce cas continuer à manger français ?
Pour toutes ces raisons et d’autres encore, nous appelons à la mobilisation de toute la profession les 20 et 21 novembre prochains.
FDSEA et JA 43
 

Les plus lus

Marin Paquereau se tient au milieu de ses vignes, au-dessus du village d'Ispagnac
Un nouveau vigneron à Ispagnac

L’association foncière agricole des coteaux des gorges du Tarn a aidé à l’installation d’un quatrième viticulteur à Ispagnac,…

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière