Aller au contenu principal

Echauffement des fourrages
Mieux vaut prévenir que guérir

Au moment de récolter les fourrages, de mauvaises conditions de séchage, une humidité élevée, un tassement excessif ou encore une aération insuffisante peuvent entraîner une sur-fermentation et déclencher à terme un incendie.

 L’auto-inflammation des fourrages intervient dans les quatre semaines suivant la fauche.
L’auto-inflammation des fourrages intervient dans les quatre semaines suivant la fauche.
© Réussir

Les fourrages, stockés encore humides, peuvent fermenter. Outre la dépréciation de leur qualité nutritive, ce processus de combustion lente entraîne à l’intérieur des balles un accroissement important de la température. Cette sur-fermentation, qui peut s’étaler sur plusieurs semaines, peut déclencher un incendie : c’est l’auto-inflammation. Pour éviter l’incendie, plusieurs règles ont fait leur preuve. D’abord sur le champ, au moment du fauchage : effectuez de préférence la fauche au moment où la météo annonce au moins deux jours de beau temps et une perspective correcte au-delà de ces deux jours. Ensuite, il s’agit de s’assurer d’un séchage rapide et homogène : le foin coupé doit rester au moins trois jours par temps sec en plein air pour atteindre un taux d’humidité de 15 % à 20 % avant d’être mis en balles. Lors de l’engrangement, avant de rentrer vos fourrages, assurez-vous que le foin soit bien sec. En effet, moins de quatre semaines après séchage aux champs, on risque de voir apparaître une reprise de fermentation et donc d’incendie. Selon le temps de séchage des balles (rapide ou lent), il est recommandé de laisser les brins ressuer plusieurs jours (de deux jours à une semaine) et de contrôler leur température avant de les rentrer.


Le stockage dans vos bâtiments


Veillez à choisir pour l’entreposage de vos fourrages un bâtiment avec une configuration « idéale », à savoir, un bâtiment bien aéré et ventilé et si possible, sans alimentation électrique. Préférez également un bâtiment séparé d’autres sources potentielles d’incendie (éloigné notamment du stockage des automoteurs) mais non isolé et équipé d’un robinet d’incendie armé (RIA), plus efficace qu’un extincteur car il garantit une quantité d’eau plus importante. Le conditionnement de vos balles (carrées ou rondes) joue également un rôle important pour limiter le risque d’échauffement. Préférez des balles rondes moins denses et évitez de trop les serrer entre elles. Contrôlez l’étanchéité de la toiture et aménagez un espace de manœuvre suffisant autour des tas et des bâtiments à fourrage. Enfin afin d’éviter tout incident dans votre exploitation agricole, il faut surveiller constamment votre stock et apprendre à reconnaître les signes annonciateurs d’un échauffement.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière