Aller au contenu principal

Mieux connaître les orages pour éviter le danger

Groupama proposait le 14 octobre à Marcenat une réunion d’information sur l’incendie et l’orage.

Au titre de la prévention, Groupama a prévu de proposer des réunions d’information sur les risques orageux dans le cadre des assemblées générales des caisses locales.
Au titre de la prévention, Groupama a prévu de proposer des réunions d’information sur les risques orageux dans le cadre des assemblées générales des caisses locales.
© L'Union du Cantal
En 2006, dans le Cantal, trois bâtiments agricoles assurés chez Groupama ont subi un sinistre dû à un impact direct de foudre. Le dernier en date, équipé d’une salle de traite, a coûté 480 000 euros à l’assurance qui, par ailleurs, enregistre chaque année 250 à 350 déclarations de décès d’animaux liés aux phénomènes orageux. Lundi matin, à la salle des fêtes de Marcenat, l’assureur a proposé une réunion d’information sur la foudre et les dangers qui menacent les exploitations agricoles. Les sociétaires des caisses locales de Saint-Bonnet-de-Condat, Marchastel, Lugarde et Marcenat y avaient été invités. Plusieurs représentants de la caisse régionale, dont Martine Crueghe, responsable d’établissement Groupama Cantal, avaient fait le déplacement pour décider de l’opportunité de programmer ce type d’intervention dans le cadre des assemblées générales de caisses locales. Michel-Joseph Audebert, ingénieur en génie climatique expert près la cour d’appel de Riom, a notamment rappelé que la fermentation des récoltes fraîchement rentrées, les travaux sur les points chauds (postes à souder, meuleuses…), les cigarettes, les écobuages, les courts-circuits… constituent les principales causes d’incendies.

20 000 têtes de bétail foudroyées chaque année
Le contrôle régulier des installations électriques peut éviter bien des problèmes. Il a enfin évoqué les risques liés au monoxyde de carbone ou au travail près des fils électriques. Raymond Piccoli, astronome spécialiste des phénomènes orageux, a rappelé que, chaque année, l’orage est responsable de 10 à 35 décès en France pour une centaine de blessés. C’est aussi 20 000 têtes de bétail qui sont foudroyées et 17 000 incendies. Autant de bonnes raisons de prendre le sujet au sérieux pour Raymond Piccoli qui assure qu’à 14 heures, en été, il est préférable de ne pas trop s’éloigner de sa ferme. Il a constaté que l’orage peut être dangereux pour la foudre mais aussi pour le vent et les précipitations de grêle ou de pluie qui l’accompagnent. Sur la base d’exemples, il a démontré que personne n’est à l’abri… Un agriculteur présent à cette réunion a découvert une photographie attestant que la foudre est tombée à 15 mètres de ses vaches et, qu’au même moment, un “traceur” avait détecté le toit de son habitation.

“Faites attention pendant vos travaux !”
Juste après avoir pris cette photographie, Raymond Piccoli se souvient avoir mis 40 à 45 minutes avant de retrouver la vue. Il a indiqué que les foudroyés survivants peuvent perdre l’audition, devenir amnésique, présenter des symptômes de démence ou finir par développer une leucémie. Un châtaignier peut même s’embraser trois semaines après l’impact ! Si le clocheton d’une sonnette de vache est soudé, la foudre est probablement responsable. La présence de cumulonimbus -reconnaissables à leur forme d’enclume-, annonce l’orage. Les oreilles qui bourdonnent signifient que l’on est dans un champ électrique et les cheveux qui se dressent sur une tête indiquent qu’un traceur a repéré une victime potentielle. “Faites attention pendant vos travaux !”, a insisté le scientifique en ajoutant que l’orage n’a pas de saison et que sa logique n’est pas maîtrisée. Lorsqu’il gronde, la meilleure protection consiste à se mettre à l’intérieur d’un bâtiment, fenêtres fermées pour éviter les courants d’air, et à débrancher les appareils électriques en prenant soin d’éloigner les fiches des prises. La voiture n’offre pas une garantie à 100 %. Enfin, il a précisé que les risques sont plus grands au début de l’orage et à la fin, lorsque le soleil fait son retour…

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière