Aller au contenu principal

L'industrie laitière aux prises avec l'inflation

Alors que leurs charges augmentent de toutes parts, les laiteries cherchent des solutions pour poursuivre tant bien que mal leur activité et adapter leur production. La Fnil (industriels « privés ») en appelle aux pouvoirs publics.

Alors que leurs charges augmentent de toutes parts, les laiteries cherchent des solutions pour poursuivre tant bien que mal leur activité et adapter leur production. La Fnil (industriels « privés ») en appelle aux pouvoirs publics.
Alors que leurs charges augmentent de toutes parts, les laiteries cherchent des solutions pour poursuivre tant bien que mal leur activité et adapter leur production. La Fnil (industriels « privés ») en appelle aux pouvoirs publics.
© Annick Conté

La cloche du troisième round de négociation a sonné pour les laiteries. Les hausses passées cet été ne sont pas à la hauteur et sont déjà rendues obsolètes par la poursuite de la flambée des charges, mettent en avant les industriels. Et, surtout, les nouveaux tarifs ne seront, pour la plupart, appliqués que « deux, trois, voire quatre mois plus tard », a expliqué le PDG de la Fnil (industriels « privés ») François-Xavier Huard, en conférence de presse le 20 septembre. D'autant que 30 à 40 % des négociations estivales « n'ont pas abouti ». Dans l'incapacité de répercuter l'inflation vers les consommateurs, les laiteries se débattent avec leurs charges. En premier lieu les PME, très dépendantes du marché national. « On risque d'avoir quelques défaillances dans les mois qui viennent... »
Les grands groupes ont plus de marges de manoeuvre : une trésorerie importante, des gammes et des débouchés plus diversifiés. Pour réduire leurs coûts, certains industriels arbitrent déjà leurs productions. C'est le cas de Danone, qui a annoncé une simplification de ses gammes de produits laitiers. La situation, plus favorable, sur les marchés à l'export pourrait inciter les laiteries à se détourner des débouchés nationaux, analyse François-Xavier Huard. Là encore, les PME n'ont pas cette souplesse. « Elles n'ont pas la possibilité de se mettre du jour au lendemain à faire du beurre ou de la poudre », relève-t-il.

Les plus lus

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Les chargeurs télescopiques électriques ont l’avantage d’offrir un fonctionnement sans bruit et sans émissions dans les bâtiments.
Les chargeurs compacts et ultracompacts s’affichent comme les nouveaux valets de ferme

De plus en plus présents dans les exploitations d’élevage, les petits automoteurs de manutention à bras 
télescopique…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière