Aller au contenu principal

L´identification électronique sera expérimentée dans le Cantal

Les boucles électroniques pour bovins vont être testées dans trois départements français, dont le Cantal. Objectif : améliorer la traçabilité et faciliter la tâche des éleveurs.

L´identification est un élément majeur de la traçabilité animale. Chez les bovins, deux boucles sont obligatoires après le 7e jour. En la matière, l´harmonisation européenne devrait permettre de progresser encore. Car si la France garantit "la meilleure traçabilité bovine", comme aime à le rappeler Michel Combes, président du Groupement de défense sanitaire du Cantal, elle tient aussi à conserver son avance. Bruxelles a ainsi proposé aux ?tats membres de choisir un mode d´expérimentation de nouvelles méthodes d´identification, incluant des méthodes électroniques. Chaque pays volontaire a choisi un des trois process proposés : le transpondeur implanté sous la peau (puce électronique), le "bolus" (noyé dans une résine lourde, avalé et qui reste dans la panse de l´animal) ou le transpondeur bouton, implanté dans une boucle. C´est cette dernière méthode que la France a choisi d´expérimenter.

Deux ans pour tester

Trois départements ont été retenus :?la?Saône-et-Loire,?l´Ille-et-Vilaine et le Cantal, dont le GDS avait été le premier à formuler une demande. A l´issue des tests des différents processus, un seul d´entre eux sera retenu pour l´ensemble?de?la?Communauté européenne. MichelCombes est convaincu que la France choisit le meilleur procédé électronique. "On peut identifier de manière électronique dans les 7 premiers jours et, contrairement à l´implant d´un transpondeur sous la peau, il n´y a pas besoin de vétérinaire. C´est à l´éleveur de le faire selon une méthode qu´il connaît bien, avec sa pince habituelle". Autre atout de la boucle électronique : son faible coût (à peine plus de 2 euros). "L´expérimentation durera entre deux ans et deux ans et demi ; durant cette période, la boucle électronique testée en France sera reconnue officiellement par les pays membres ; les éleveurs cantaliens pourront donc sans problème boucler des broutards qui partiront pour l´Italie", affirme Gilles Puechal, technicien au GDS. Ce sera sans doute le cas sur la centaine d´éleveurs retenus pour tester quelque 4 000 boucles électroniques. Le test servira en priorité à mesurer la fiabilité du système. La petite boucle électronique ronde se posera d´un côté, la boucle traditionnelle (dite "porte-manteaux") de l´autre.

Le travail facilité

Les chutes de boucles devraient considérablement diminuer. Il est espéré qu´elles passent de 6 % à moins de 1 %. L´expérience servira aussi à démontrer les nombreuses possibilités offertes par la technologie moderne. Un lecteur sans fil, approché à quelques dizaines de centimètres de l´animal, suffit ainsi à lire son numéro sur un écran. Ces lecteurs peuvent aussi être bien plus perfectionnés et être reliés à un ordinateur. "Dans ce cas, quand on vend un lot, on bipe chaque animal et la déclaration est faite", donne en exemple Gilles Puéchal. "La boucle peut remplacer le collier associé aux distributeurs automatiques de lait ou de concentré", note Michel Combes en soulignant que cela revient bien moins cher que le collier électronique. Le comptage est facilité lorsque les bêtes passent sous un portique spécialement étudié. Idem à l´abattoir où on peut imaginer qu´un simple passage suffit à identifier l´animal, sa généalogie, le contenu de son carnet sanitaire, etc. Dans les élevages laitiers, un animal signalé porteur d´une maladie ne pourra pas avoir accès à la salle de traite ou à la machine si elle est équipée d´un dispositif de détection électronique... Bien d´autres applications restent à inventer. La première boucle électronique devrait être posée dans le courant du printemps prochain.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Jeune sur un simulateur de conduite d'engin agricole
Quel est ce nouvel outil pédagogique qui va entrer à la MFR de Marcolès ?

Vu à Aurillac, lors du Forum de l’orientation et des métiers, le simulateur d’engins agricoles a fait l’unanimité. La MFR de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière