Aller au contenu principal

L'heure des loups : réfléchir la « cohabitation » filière ovine et loups

Jeudi 1er décembre, le ciné-théâtre de Saint-Chély-d'Apcher a organisé une soirée ciné-débat autour de deux films du documentariste Marc Khanne : La transhumance du bonheur et L'heure des loups, en présence de Mickaël Tichit et Joël Brunet, deux éleveurs prédatés en 2022.

Jeudi 1er décembre, le ciné-théâtre de Saint-Chély-d'Apcher a organisé une soirée ciné-débat autour de deux films du documentariste Marc Khanne : La transhumance du bonheur et L'heure des loups, en présence de Mickaël Tichit et Joël Brunet, deux éleveurs prédatés en 2022.
Jeudi 1er décembre, le ciné-théâtre de Saint-Chély-d'Apcher a organisé une soirée ciné-débat autour de deux films du documentariste Marc Khanne : La transhumance du bonheur et L'heure des loups, en présence de Mickaël Tichit et Joël Brunet, deux éleveurs prédatés en 2022.
© Marion Ghibaudo

Les deux éleveurs étaient venus témoigner des drames qu'ils ont subis sur leurs exploitations, et discuter avec le public de cette question clivante. Un débat qui s'est déroulé dans le calme, et qui a permis à de nombreux points de vue de s'exprimer. Mais la question, restée sans réponse, qui est revenue le plus souvent, tournait autour d'un seul sujet : la cohabitation est-elle possible entre loup et filière ovine ? « Difficilement » semble être la réponse sur laquelle tout le monde s'est accordé ce soir-là. Et les solutions pour protéger loups et éleveurs l'un de l'autre sont restées sans réponse définitive.
Tourné en 2015 entre causses, Cévennes, Alpes et même un petit tour par le parc de Yellowstone aux États-Unis (où une expérimentation de réintroduction de loups a eu lieu), ce documentaire souhaite « explorer les contradictions et les éléments d'un difficile débat ». Pour Marc Khanne, pas question de prendre position pour les éleveurs ou pour les défenseurs du loup : il s'attache surtout à montrer les contradictions et les questionnements des deux camps. L'occasion aussi, pour le documentariste, de rappeler que la prédation lupine est une question commune au niveau européen, lui qui est allé en Italie voir comment y fonctionne l'élevage. Loups et ovins ne cohabitent presque plus : dans les montagnes abruzzes, les élevages sont désormais en majorité hors-sol, a souligné le documentariste.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière