Aller au contenu principal

Sensibilisation
L'H2O Trail, une journée pour démystifier la gestion de l'eau

Le samedi 16 mars prochain, les Jeunes agriculteurs Auvergne-Rhône-Alpes organisent en partenariat avce le département et le canton un trail au barrage de la Sep, pour sensibiliser le grand public à la question de la gestion de l'eau en lien avec le territoire.

L'H2O Trail aura lieu le 16 mars au barrage de la Sep, à Saint-Hilaire-la-Croix (63).
© JA AURA

Le samedi 16 mars prochain aura lieu l'H2O Trail, une course de relais organisée par le syndicat des Jeunes agriculteurs d'Auvergne-Rhône-Alpes, autour du barrage de la Sep à Saint-Hilaire-la-Croix (Puy-de-Dôme). Cet évènement d'un nouveau genre, ouvert à tous (dès 18 ans), a pour ambition d'attirer un nouveau public, féru de sport, afin de le sensibiliser à la thématique de la gestion de l'eau, à l'aube d'une crise sans précédent. En donnant rendez-vous au barrage de la Sep, qui fête cette année ses 30 ans d'existence, « nous souhaitons démystifier les préjugés qui pèsent sur le stockage de l'eau, que les gens repartent en se disant quil n'existe pas qu’une vérité » explique Benjamin Rouganne, jeune céréalier irrigant en plaine de Limagne et trésorier des JA AuRA. Dans les années à venir, le syndicat compte réhitérer le concept dans les quatre coins de la région pour mettre en lumière d'autres outils de gestion de l'eau, répondant de manière adaptée aux besoins de chaque territoire en fonction de ses caractéristiques (topographiques, météorologiques...). 

« Nous souhaitons démystifier les préjugés qui pèsent sur le stockage de l'eau, que les gens repartent en se disant quil n'existe pas qu’une vérité » explique Benjamin Rouganne, jeune céréalier irrigant en plaine de Limagne et trésorier des JA AuRA.


Au programme de l'H2O Trail : relais, repas et visites exclusives


Le trail est ouvert à tous dès l'âge de 18 ans. Les coureurs inscrits en équipes de trois s'engagent dans une course de relais de 24 km, divisée en quatre tours de 6 km, dont le dernier devra s'effectuer en équipe. Les 400 participants attendus entameront le parcours à 9h00 du matin, au sommet du barrage, et auront l'occasion de parcourir la lisière du lac, à travers bois.
Trois prix seront décernés à la première équipe ayant terminé la course, la meilleure équipe féminine et la meilleure équipe masculine, durant le vin d'honneur. Dès midi, un repas composé de produits du terroir viendra récompenser l'ensemble des coureurs, et sera ouvert à environ 300 convives supplémentaires, au pied du barrage. « Les irrigants raccordés au réseau du barrage sont bien évidemment invités au buffet ».
Tout au long de la journée, des visites guidées exclusives de la galerie et de la salle des machines du barrage, habituellement interdites au public pour des raisons de sécurité, seront organisées pour permettre aux curieux d'en découvrir le fonctionnement.


De nombreux partenaires et ministres invités à l'évènement


Les organisateurs de la course attendent la venue de nombreux acteurs impliqués dans la gestion de l'eau sur le territoire (pêcheurs, pompiers, groupe EDF, chambre de commerce et de l'industrie, Département, Région, communautés de communes...), pour mettre en lumière la multiplicité des usages de l'eau, au-delà de l'irrigation
Des invitations ont également été envoyées aux élus locaux (députés, sénateurs, préfets) et plus largement à l'échelle nationale aux ministres de l’agriculture Marc Fesneau, de l’économie Bruno Le Maire, de la transition écologique Christophe Béchu, de l'éducation nationale Amélie Oudéa-Castera, ainsi qu'aux présidents du Sénat Gérard Larcher et de la Cour des comptes Pierre Moscovici. « Notre but est de leur rappeler que c'est sur le terrain que ça se passe ». Pour le moment, aucun ministère n'a répondu à l'invitation.


Susciter des envies de projets


Autre objectif de la journée : susciter des envies de projets dans les secteurs où ils sont nécessaires, que ce soit pour l'abreuvement des animaux, l'irrigation des grandes cultures ou l'arrosage des terrains sportifs. « Être irrigant n'est pas un gros mot » estime Benjamin Rouganne, qui a connu pas moins de quatre sécheresses en six années d'activité. 

« L'accès à l'eau ne devrait pas être un privilège. Il existe un tas de solutions, au-delà des barrages et des stations d'épuration, pour équiper les territoires de manière adaptée. Il ne reste plus qu'à les trouver et les mettre en place ! »

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière