Aller au contenu principal

L'exode forcé des maçons de la Creuse

Au XIXe siècle, de nombreux maçons de la Creuse partent en exode vers Paris en raison de difficultés économiques et de conditions agricoles difficiles. Ils étaient tous, pour la majorité, des enfants de paysans et incarnaient des valeurs de courage, d'opiniâtreté et de travail acharné.

Au XIXe siècle, de nombreux maçons de la Creuse partent en exode vers Paris en raison de difficultés économiques et de conditions agricoles difficiles. Ils étaient tous, pour la majorité, des enfants de paysans et incarnaient des valeurs de courage, d'opiniâtreté et de travail acharné.
Au XIXe siècle, de nombreux maçons de la Creuse partent en exode vers Paris en raison de difficultés économiques et de conditions agricoles difficiles. Ils étaient tous, pour la majorité, des enfants de paysans et incarnaient des valeurs de courage, d'opiniâtreté et de travail acharné.
© Christelle Roberge

Le territoire creusois avait à l'époque un sol pauvre qui permettait difficilement au paysan de vivre. Il est notoire qu'en Marche, les terres y étaient légères, noires et maigres. On ne pouvait y récolter chaque année autant de grains qu'il était nécessaire pour la subsistance des habitants. En effet, constitué essentiellement de bocages, de moyennes montagnes et d'un sol granitique, le département de la Creuse manque de terres fertiles et de ressources naturelles. La légèreté de la terre nécessite même de laisser chômer un an sur deux les cinq sixièmes du sol labourable. Quant aux cultures alternatives, elles ne sont guère plus riches puisqu'on ne trouve pas de vigne, peu de fruits et la culture du froment reste difficile. Toutes ces contraintes affectent les revenus et la qualité de vie du paysan creusois.
À ces terres peu productives, s'ajoutait une loi de succession interdisant la division d'une propriété. Alors, quand un parent mourrait, le fils aîné devait dédommager les puînés. Certains, faute d'argent, devaient se résoudre à vendre les terres, d'autres, endettés par le remboursement des quotes-parts (car à cette époque, les familles sont nombreuses) sont contraints d'émigrer afin de vendre leurs compétences. En 1860, 33 000 Creusois partiront en exode. Les maçons migrants partent principalement entre début mars et mi-avril pour un retour vers la mi-novembre ou mi-décembre. Ce sont donc les femmes et les aînés restés au pays qui assurent les travaux estivaux des champs et les récoltes.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière