Aller au contenu principal

AVICULTURE
Les volailles fermières d’Auvergne visent l’export

Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne (Syvofa) a tenu son assemblée générale début mai à Vichy dans l’Allier. L’occasion de célébrer la récente obtention de l’AOC poulet du Bourbonnais.

La production de volailles fermières d’Auvergne est un des piliers de l’agriculture régionale.
La production de volailles fermières d’Auvergne est un des piliers de l’agriculture régionale.
© Sophie Chatenet

 Il aura fallu vingt-huit années de persévérance, d’insistance et de patience pour que le dossier de labélisation du poulet du Bourbonnais aboutisse enfin. Le 26 juillet 2022, l’Inao lui a officiellement octroyé l’appellation d’origine contrôlée (AOC). Avec la volaille de Bresse, le poulet du Bourbonnais est ainsi la seconde volaille française à obtenir le prestigieux label. Née de la rencontre entre la poule blanche, présente depuis des siècles dans les vallées de l’Allier et de la Loire et le coq Brahma, race asiatique importée par un colonel entre 1850 et 1860, cette volaille d’exception affiche un magnifique plumage herminé rappelant l’apanage des rois de France. Marquée par l’empreinte du métayage, tradition d’exploitation ancestrale dans l’Allier, la production du Poulet du Bourbonnais aurait pu disparaitre lorsque l’élevage moderne est arrivé en France. C’était sans compter sur la volonté d’une poignée d’éleveurs passionnés. Parmi eux, l’ancien Président du Syvofa, Bernard Leutrat. Pour ce grand défenseur de la cause agricole à l’origine de la relance du Poulet du Bourbonnais, il était primordial de perpétuer la production de cette race ancienne rustique et fermière, symbole d’un patrimoine agricole, économique et culturel. En s’associant avec Georges Saulnier et Allier Volailles, il a créé en 2001 le CIPB (Comité interprofessionnel du Poulet du Bourbonnais) et entamé une procédure de reconnaissance en AOP auprès de l’INAO. Aujourd’hui, cette volaille est produite par une dizaine d’éleveurs sur un périmètre embrassant la quasi-totalité du département de l’Allier. Près de 250 poulets du Bourbonnais sont abattus chaque semaine. L’objectif est de faire mieux et d’augmenter à 500 poulets par semaine.

Renouvellement

Au total, la filière des volailles fermières d’Auvergne rassemble 400 éleveurs et demeure le troisième bassin de production de volailles label rouge de France. « Une position obtenue en l’espace de huit ans grâce à l’implication de tous, éleveurs, accouveurs, abatteurs, vendeurs », s’est félicité le président du Syvofa, Marc Saulnier. Le rajeunissement du parc d’élevage, avec un besoin de vingt nouveaux poulaillers par an(1), et le développement des ventes sont les deux avancées majeures de ces dix dernières années. « Avec nos huit cahiers des charges produits et un chiffre d’affaires approchant les 80 millions d’euros, nos volailles fermières d’Auvergne sont une force, tant sur notre territoire pour le maintien du tissu rural, qu’économique avec son activité industrielle. En effet, l’association de nos 400 éleveurs et leurs 800 poulaillers ainsi que les 1 000 salariés qui font tourner nos usines sont une puissance importante », a poursuivi le président. Aujourd’hui, le label auvergnat regarde vers l’export et la restauration, deux relais de croissance jugés prometteurs. Comme en magasin, la filière compte bien mettre en avant les quatre piliers de sa démarche Bee Naturel, à savoir : bien-être animal, traçabilité renforcée, lutte contre l’antibiorésistance et biodiversité sur les exploitations. Ainsi, depuis juin 2021, toutes les Volailles Fermières Label rouge et BIO au départ de l’entreprise Arrivé, principal abatteur, sont étiquetées BEA (bien-être animal).

1. Un appel d’offres a été lancé. Suite à la consultation de six entreprises, c’est la société MEF qui a été retenue.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière