Aller au contenu principal

Les producteurs de lait questionnent les grandes surfaces

Combien de temps encore cette console sera-t-elle aussi bien remplie ? (photo d’archives)
Combien de temps encore cette console sera-t-elle aussi bien remplie ? (photo d’archives)
© C. F.

Ce mercredi, 10 h 30, devant l’annexe de la Chambre d’agriculture de Saint-Flour. Jean-Marc Crespin, responsable des JA de Ruynes-en-Margeride et Daniel Pellegry, de la section laitière de la FDSEA, sont là pour comprendre pourquoi la profession ne s’en sort pas : “D’un côté, nous demandons qu’il y ait une plus-value par rapport à l’AOC, et de l’autre, nous sommes à 1,50 F (0,228 e) pour le prix de base du lait. Nos entreprises prévoient en plus au second trimestre un prix aux 1 000 litres qui sera en baisse de 76 euros (en moyenne) par rapport à 2008”.

Des producteurs qui souffrent

Une inquiétude et une exaspération que partage Joëlle, qui a pris part à l’action au pied levé. Mariée, trois enfants et installée à Faverolles depuis 2003 en individuel, elle ne s’en sortait plus. Son époux a quitté son travail pour devenir conjoint d’exploitation et, aujourd’hui, c’est le cauchemar : les 36 laitières et les 157 000 litres de référence - la moyenne dans le Cantal - ne suffisent plus à nourrir la famille. Incriminée : “la baisse du prix du lait” alors même qu’elle a signé pour l’AOC cantal. Aussi, depuis un an, cette jeune femme était à la recherche d’un autre emploi pour pallier le manque de revenus. Elle a pu en trouver un, à mi-temps, dans un tabac presse. “Je pensais gagner ma vie avec ce travail que j’aime, l’agriculture”, mais, force est de constater  que, “si en 2003, c’était imaginable, c’est aujourd’hui impossible.…” “On ne gagne rien à être dans l’AOC”, reconnaît Daniel Pellegry, amer : “L’AOC nous impose des contraintes supplémentaires. Nous allons donc jouer le jeu mais si, au final, on se rend compte que le jeu n’en vaut pas la chandelle, nous reviendrons au lait blanc”, déclare-t-il, fataliste. Les producteurs se sentent en effet floués dans cette opération, mais ils reconnaissent aussi que “si nous n’étions pas dans l’AOC, ce serait pire. Nous avons quand même obtenu une plus-value de 30 E.” Là où le bât blesse, c’est que, “tout compte fait, avec la baisse du prix du lait, et l’augmentation du prix des charges, cette hausse a été largement gommée”. Daniel  Pellegry poursuit : “Nos entreprises, les coopératives, nous disent qu’elle subissent la pression de la GMS(1) qui font baisser le prix du lait alors que l’on voit bien que les prix à la consommation ne cessent d’augmenter… Il y a donc quelque part quelqu’un qui s’enrichit…”

Poker menteur
Mais qui ? À l’instar du mouvement départemental, ils se mettent donc en route vers les grandes surfaces locales : Intermarché et Carrefour, pour relever le prix des produits laitiers, exposer leur situation et tenter de trouver des réponses. À Intermarché, le directeur s’est déplacé pour échanger avec le groupe : “Les entreprises laitières sont à bout”, affirme Jean-Marc Crespin. On ne gagne plus notre vie.” “On ne baissera d’ailleurs plus bien longtemps nos prix car nous n’existerons plus”, renchérit Daniel Pellegry. “Facture à l’appui, je vous assure que nos prix d’achat augmentent, mais pas nos marges”, réplique Thierry Letocart. “Nos entreprises disent le contraire”, lance Daniel Pellegry, néanmoins ébranlé par le fait que le prix d’achat à ces mêmes entreprises, par Intermarché, (donnée confidentielle) est plus élevé qu’ils ne croyaient… Alors, qui a raison ? Thierry Letocart propose une table ronde entre tous les acteurs de la filière et que “tout soit mis à plat”. Mais hors de question pour les uns et les autres d’une conclusion hâtive : “Il faut, estiment-ils tous, bien tout calculer, les charges, les investissements,…” Et si, tout simplement, le fromage cantal était vendu trop bas en GMS, deux fois moins cher que le comté, quand même… “Chacun doit nécessairement avoir sa marge” convient le directeur d’Intermarché qui regrette néanmoins “une GMS trop vite montrée du doigt”.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Des centrales d'achats bloquées par les agriculteurs en Auvergne-Rhône-Alpes

Les braises des manifestations agricoles de janvier à peine refroidies, FNSEA-JA remettent le couvert à partir de ce mercredi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière