Aller au contenu principal

Changement climatique
Les leviers d'adaptation existent et certains montrent même un réel intérêt

Le 7 décembre, les experts agricoles présenteront les leviers d’adaptation des pratiques agricoles au changement climatique en Haute-Loire. Explications avec Mathias Déroulède, expert en productions végétales et coordinateur AP3C pour la Haute-Loire.

Mathias Déroulède, expert en productions végétales et coordinateur AP3C pour la Haute-Loire.
Mathias Déroulède, expert en productions végétales et coordinateur AP3C pour la Haute-Loire.
© © HLP

Jeudi 7 décembre, la Chambre d'agriculture de Haute-Loire organise une journée entièrement consacrée au changement climatique en Haute-Loire. Quels sont les objectifs de cette journée ?


Mathias Déroulède : L'objectif est de pouvoir partager avec les agriculteurs et représentants d'OPA, les évolutions du climat que l'on pressent à l'échelle de la Haute-Loire et du Massif-Central. Il s'agira aussi d'évaluer les impacts de ce changement climatique sur les principales productions de notre département (prairies, maïs, céréales, élevage...). Dans un second temps, les experts en productions végétales, filières bovins viande, bovins lait et ovins viande et des éleveurs engagés dans l'expérimentation, présenteront les multiples leviers d’adaptation qui pourraient être mis en œuvre à l'échelle des exploitations.
 

C'est plutôt rassurant de voir que des leviers d'adaptation se profilent...


Mathias Déroulède : Oui c'est vrai, mais attention il n'y a pas de solution toute faite et il revient à chaque agriculteur de mettre en place ses propres solutions adaptées à son système d'exploitation. On peut cependant affirmer que certains leviers montrent un réel intérêt. C'est par exemple le cas de la diversification du système fourrager, qui permet d'étaler les récoltes dans le temps, mais aussi de l'implantation d'espèces plus tolérantes aux évolutions climatiques comme la luzerne ou la fétuque... Certains leviers permettent aussi une meilleure adaptation des troupeaux ; on peut ainsi réduire l'âge au premier vêlage et baisser le taux de renouvellement pour réduire le nombre de génisses et donc maximiser la proportion d’animaux productifs sur l’exploitation. On peut aussi modifier les périodes de vêlage afin de mieux se caler sur le cycle de l’herbe et maximiser le pâturage.
La valorisation du pâturage, en s'adaptant au mieux à la pousse de l'herbe, constitue aussi un vrai levier. D'autres ont été identifiés et ils feront l'objet d'une présentation détaillée le 7 décembre prochain.
J'invite les agriculteurs à participer à cette journée car elle leur permettra de repartir avec des idées d'adaptation à mettre en pratique dès à présent sur leur exploitation. Les conseillers de la Chambre d'agriculture sont à leur disposition pour les accompagner dans l'adaptation de leur exploitation au changement climatique.
 

Ces leviers ont-ils fait l'objet d'expérimentations sur le terrain ?


Mathias Déroulède : Oui par le biais d'essais ou d'expérimentations par des agriculteurs pionniers de Haute-Loire ; ces derniers prennent le risque de faire évoluer sensiblement leur système fourrager et de tester de nouvelles techniques culturales.
 

Quels seront les autres temps forts de cette journée ?


Mathias Déroulède : Outre l'intervention d'un agriculteur en bovins viande référent AP3C, Olivier Tourand, sur le programme Massif Central d’adaptation des pratiques, une table ronde se tiendra dans l'après-midi sur la place des politiques publiques en matière d'adaptation ; ce temps d'échanges sera animé par Charlotte Rolle, directrice de la société Excepto, avec Sébastien Windsor, Président de Chambre d’Agriculture France, Yvan Cordier, Préfet de Haute-Loire, Fabrice Pannecoucke, Vice-Président de la Région, Marie-Agnès Petit, Présidente du Département et Yannick Fialip, Président de la Chambre d’agriculture de Haute-Loire.
 

L'impact du changement climatique est d'ores et déjà perceptible en Haute-Loire ? Quels sont les impacts déjà observables ?


Mathias Déroulède : On perçoit déjà des baisses de rendements sur les productions herbagères lors des printemps secs, un phénomène météo qui devient récurrent ces dernières années. On constate aussi que les périodes sans précipitation sont plus pénalisantes qu'avant, en raison de la hausse des températures et des pertes d'eau par évapo
-transpiration. Les productions estivales comme le maïs sont particulièrement impactées par la dégradation du bilan hydrique. 
Il y a cependant quelques points positifs ; avec cette évolution à la hausse des températures, on peut s'attendre à un allongement de la période de croissance végétale avec des débuts de printemps et d'automne plus favorables.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière