Aller au contenu principal

Les Jeunes agriculteurs réclament une reconnaissance de l’agro-écologie

Les Jeunes agriculteurs du Cantal plaident pour que le critère agro-écologique qui bonifie la dotation à l’installation profite aussi aux systèmes herbagers. 

Frédéric Lacoste et Benoît Aurière ont présenté l’installation dans le Cantal aux divers partenaires et OPA départementales. 
Frédéric Lacoste et Benoît Aurière ont présenté l’installation dans le Cantal aux divers partenaires et OPA départementales. 
© RSA

“Si demain on perd cette dynamique, ce serait une catastrophe pour le département tout entier. L’installation reste essentielle pour l’emploi, les écoles, les collèges. Pas question d’isoler des jeunes, mais bien de tisser avec eux du lien social. Au-delà des chiffres, il est bien question d’enjeux de nos territoires.” Benoît Aurière, président des Jeunes agriculteurs du Cantal, en est convaincu. Il l’a rappelé aux responsables des organisations professionnelles agricoles et différents autres partenaires, lors d’une session installation, préparée par le bureau des JA, mardi 8 mars à Aurillac. Cependant, il considère que le jeune qui s’installe aujourd’hui n’est pas suffisamment aidé. Surtout pris en étau entre la conjoncture très défavorable et le coût des mises aux normes obligatoires à effectuer dans les deux ans qui suivent l’installation.

Il n’y a pas que les abeilles...

Avec une moyenne de 26 450 euros d’aides (Dotation jeune agriculteur), en fonction des critères, c’est en effet bien peu. Car il faut mettre en parallèle un autre chiffre, celui du coût moyen de l’investissement au moment de l’installation : 357 700 €. Le syndicat des Jeunes agriculteurs relève bien que des critères relatifs à l’emploi ou à l’agro-écologie permettent de bonifier le montant. Mais qui peut en profiter ? Bien peu de candidats en réalité. Benoît Aurière en livre la raison : “Les jeunes qui s’installent en bovins dans un département comme le nôtre, avec ses montagnes d’estive, des systèmes à 80 % herbagers, etc. ne peuvent pas y prétendre.” Seuls quelques dossiers en apiculture l’ont obtenu, confirme Frédéric Lacoste, chargé du groupe installation des JA du Cantal.  “La volonté du syndicat, c’est que chaque jeune qui s’installe dans le Cantal émarge à la ligne agroécologique”, lance le président. “Il n’est pas acceptable qu’on ne définisse l’agro-écologie qu’à travers les abeilles”, remarque Nicolas Bardy, des JA du Massif central. Pour faire reconnaître les critères d’une production à l’herbe, il a pour projet de trouver d’autres départements qui adhèreront à cette idée là. Cette hypothèse entre dans le cadre des réflexions conduites en vue du prochain congrès des JA qui a pour thème cette année : “Installation-transmission, quels outils pour demain ?”

Pourcentage

L’autre piste évoquée lors de cette session extraordinaire : l’abandon des prêts bonifiés au profit d’une aide en monnaie sonnante et trébuchante, calculée au pourcentage des sommes mobilisées par le jeune pour son installation (lire L’Union du 12 mars). “Avec les taux désormais naturellement bas, c’est comme si on passait à côté d’une subvention”, résume le président. Il souligne que le ministère y prêterait une oreille plutôt intéressée... si les banques n’attendent pas après la bonification pour financer (ou non) un projet. Le Crédit agricole s’en défend, mais il met en garde : “Désormais, seul le secteur agricole bénéficie encore de prêts bonifiés. Les taux peuvent remonter, et une fois le dispositif enterré, il ne reviendra pas...”

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Les plus lus

Marin Paquereau se tient au milieu de ses vignes, au-dessus du village d'Ispagnac
Un nouveau vigneron à Ispagnac

L’association foncière agricole des coteaux des gorges du Tarn a aidé à l’installation d’un quatrième viticulteur à Ispagnac,…

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière