Aller au contenu principal

Les Fermiers du Cantal ont leur boutique

Vendredi 3 février, le magasin de producteurs qui a vu le jour au rez-de-chaussée de la Chambre d’agriculture organisait une journée “portes ouvertes” à l’occasion de son inauguration.

Les partenaires et invités lors de l’inauguration, tandis que se poursuivait la journée de vente ordinaire, 
entre ré-achalandage des rayons et ventes, la clientèle profitant ce jour-là de dégustations gratuites. 
Les partenaires et invités lors de l’inauguration, tandis que se poursuivait la journée de vente ordinaire,
entre ré-achalandage des rayons et ventes, la clientèle profitant ce jour-là de dégustations gratuites. 
© RSA

Des yaourts qui viennent de Vitrac, des volailles de Pierrefort ou de Lacapelle-Viescamp, des œufs de Neussargues, de l’huile de Prunet, du porc de Tanavelle, du bœuf de Saint-Clément, du poisson de Cassaniouze, des légumes bio de Vézac, du fromage de Saint-Cernin, des glaces de Saint-Étienne de Chomeil...  Ce pourrait être la liste de courses d’un client du magasin “Les Fermiers du Cantal”. Le point de vente qui a ouvert le 14 décembre au rez-de-chaussée de la Chambre d’agriculture d’Aurillac, compte dix membres associés au sein d’une SAS - tous agriculteurs - et une quarantaine d’autres - tous agriculteurs aussi - qui confient leurs produits en dépôt-vente.
Vendredi 3 février, une inauguration officielle a permis de rappeler la genèse du projet, remercier les partenaires qui ont permis cette réalisation et faire un point sur les premières semaines de fonctionnement. L’idée est celle de la Chambre d’agriculture. Le président, Patrick Escure, l’a rappelé : à l’occasion de la réfection du siège de l’établissement consulaire, les élus tenaient à communiquer au plus près d’un public plus urbain. Dans ce cadre, de grandes affiches habillent les murs extérieurs, des petites parcelles d’essais ont vu le jour et... un magasin de produits fermiers a été aménagé(1). Un dossier suivi notamment par Chantal Cor, vice-présidente, et Dominique Dufayet, chargée de communication. Pour faire vivre cette structure, elles se sont tournés vers les producteurs qui livrent le Drive-fermier(2). C’est donc une dizaine d’entre eux, quasiment tous inscrits au réseau Bienvenue à la ferme, qui a répondu favorablement à cette opportunité de multiplier les canaux de distribution de leurs produits. Constitués en Société par actions simplifiée, ils ont choisi pour président Martin Chwalek, maraîcher à Vézac. Celui-ci a profité de la cérémonie inaugurale pour remercier ceux qui ont aidé au financement de l’investissement (80 000 €) : le Conseil départemental (15 %) et le Conseil régional (25 %) et l’appui du Crédit agricole. 

Montée en puissance
Entre vitrines réfrigérées, balance électronique et différents étals, le magasin est fort bien équipé. En outre, une salariée à temps plein a été recrutée. Un poste occupé par la souriante Marion Kubiez. Les prix sont fixés par chaque fournisseur. Un pourcentage sur les produits vendus sert à rembourser les charges (salaires, location du local, etc.). Le reste, c’est de la plus-value directement captée par les producteurs. “Le jeu en vaut la chandelle”, résume Martin Chwalek, satisfait du démarrage des ventes. Elles montent en puissance chaque semaine et l’objectif annuel fixé devrait être atteint, voire dépassé. Les six premiers mois restent une période un peu délicate, personne ne pouvant prévoir ce qui va cartonner et ce qui va moins bien marcher, comme le souligne un des associés, Olivier Rispal. Toutefois, des profils de clientèle commencent à se dessiner. Des personnes qui travaillent à proximité, notamment dans des bureaux (agents de la cité administrative), des gens de passage (à la médiathèque par exemple ou qui garent leur voiture sur le parking Paul-Doumer avant de se rendre en ville...).  
Nicolas Meyer, directeur de la DDT par intérim, ne retient que des atouts à ce mode de distribution : “Des vertus environnementales par des productions vertueuses et moins de transport ; sociales, par la proximité et le lien retrouvé entre producteur et consommateur ; économique, en fixant la valeur ajoutée sur le territoire.” Marina Besse, conseillère départementale partage ce point de vue et perçoit Les Fermiers du Cantal comme un complément à ce que le Département met déjà en place en relation avec la Chambre d’agriculture comme Agrilocal et ConsoCantal qui concernent surtout la restauration hors-foyer. “C’est un projet fabuleux”, lance l’adjointe au maire d’Aurillac Nicole Soulenq, à la fois en tant qu’élue et en tant que diététicienne. Elle y voit la concrétisation d’un état d’esprit revendiqué par Aurillac  d’une “ville à la campagne”.          
(1) Ouvert du mercredi au vendredi de 9 heures à 13 heures et de 15 h 30 à 19 heures et le samedi de 9 h30-12 h 30 et de 15 h 30 à 19 heures . 
(2) Des commandes sur cantal15.drive-fermier.fr à retirer sur les points de livraison d’Aurillac, Murat ou Prunet (ou profiter de la livraison à domicile avec La Poste).

Fermier

Martin Chwalek a une définition précise de ce qu’est un produit fermier : “C’est issu de quelque chose de vivant, animal ou végétal, élevé par un agriculteur, qu’il peut ou non transformer avant de le vendre. Le produit fermier est sain, frais et de qualité

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière