Aller au contenu principal

Les eurodéputés soutiennent des objectifs ambitieux mais assortis de moyens

Les eurodéputés de la commission de l’Agriculture ont adopté un rapport sur le bien-être animal à la ferme qui insiste sur l’importance d’accompagner financièrement les progrès demandés aux exploitants, alors que la Commission européenne prépare une révision de la législation communautaire pour fin 2023.

Les eurodéputés de la commission de l’Agriculture ont adopté un rapport sur le bien-être animal à la ferme qui insiste sur l’importance d’accompagner financièrement les progrès demandés aux exploitants, alors que la Commission européenne prépare une révision de la législation communautaire pour fin 2023.
Les eurodéputés de la commission de l’Agriculture ont adopté un rapport sur le bien-être animal à la ferme qui insiste sur l’importance d’accompagner financièrement les progrès demandés aux exploitants, alors que la Commission européenne prépare une révision de la législation communautaire pour fin 2023.
© Francois d’Alteroche/Illustration

La commission de l’Agriculture du Parlement européen a adopté (par 36 voix contre 5 et 7 abstentions), le 26 octobre, son projet de rapport préparé par l’eurodéputé français Jérémy Decerle (centriste) sur les règles relatives au bien-être des animaux dans les exploitations agricoles, appelant à l’élaboration d’une nouvelle réglementation européenne qui serait transposée uniformément dans tous les États membres et basée sur une approche espèce par espèce. Car les parlementaires regrettent le manque de cohérence dans la mise en œuvre de la législation actuelle. Les parlementaires soutiennent l’initiative citoyenne européenne « Mettre fin à l’ère des cages » à laquelle la Commission européenne a répondu favorablement et demandent donc instamment l’interdiction des cages en batterie pour les poules pondeuses. Ils souhaitent néanmoins une approche basée sur les espèces, avec des définitions claires des cages et un soutien financier pour la transition vers des systèmes de logement alternatifs. Et de manière générale, le rapport parlementaire insiste sur l’importance d’accompagner financièrement les progrès demandés aux exploitants dans tous les domaines du bien-être animal. Les eurodéputés se prononcent, enfin, en faveur d’un système d’étiquetage volontaire en matière de bien-être animal couvrant toutes les exploitations d’élevage, avec la possibilité de le rendre obligatoire à plus long terme après analyse.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière