Aller au contenu principal

Les élèves de l'Eplefpa accueillent des étudiants slovaques et finlandais

Vendredi 22 avril, les élèves du lycée agricole François Rabelais à Civergols ont accueilli des homologues slovaques et finlandais. Après leur avoir fait visiter la coopérative Jeune montagne à Laguiole, ils se sont rendus chez Jonathan et Betty Fayt, pour découvrir la race Aubrac.

Vendredi 22 avril, les élèves du lycée agricole François Rabelais à Civergols ont accueilli des homologues slovaques et finlandais. Après leur avoir fait visiter la coopérative Jeune montagne à Laguiole, ils se sont rendus chez Jonathan et Betty Fayt, pour découvrir la race Aubrac.
Vendredi 22 avril, les élèves du lycée agricole François Rabelais à Civergols ont accueilli des homologues slovaques et finlandais. Après leur avoir fait visiter la coopérative Jeune montagne à Laguiole, ils se sont rendus chez Jonathan et Betty Fayt, pour découvrir la race Aubrac.
© Marion Ghibaudo

L'aventure a commencé il y a près d'un an, lorsque la professeur d'anglais Juana Maria-Vega inscrit ses classes en section européenne au prix Hippocrène. L'objectif ? Construire un projet commun avec des élèves en lycées agricoles en Finlande et en Slovaquie. Tout naturellement, le choix du projet commun s'est porté sur la construction d'un jeu autour du bien-être animal. S'il était prévu, au moment du lancement du projet, que les élèves puissent voyager et rencontrer leurs homologues européens pour discuter de leurs idées et construire le jeu ensemble, la crise sanitaire en a décidé autrement : la plupart des échanges se sont donc faits en ligne, via Zoom ou les plateformes d'e-learning dédiées. Ce qui n'a pas empêché les uns et les autres de travailler à la réalisation de ce projet, de rafler au passage le prix européen Hippocrène dans la catégorie enseignement agricole, et de s'acheminer doucement vers la conclusion de l'initiative, avec un jeu de plateau « qui devrait être prêt pour juin de cette année », espère l'enseignante d'anglais. Et pour prolonger l'expérience, il est prévu que les élèves de François Rabelais iront présenter le jeu dans les classes des écoles alentour. « Nous avons construit un jeu de plateau autour du bien-être animal : les joueurs devront apprendre à équilibrer différents éléments pour élever leurs animaux » a détaillé Juana Maria-Vega. Tout en en apprenant plus aussi sur les systèmes agricoles finnois et slovaques.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière