Aller au contenu principal

Les élevages de petits animaux peuvent avoir une carte à jouer dans les années à venir

© P. Dumont

En Limousin, il n’y a pas que des bovins. Bien que l’élevage de petits animaux soit restreint, il est aussi touché par la période de flou précédant l’arrivée de la PAC et la nouvelle gestion des fonds européens au niveau régional. Lors de l’assemblée générale de l’ARDEPAL, les filières caprine, cunicole, fromages fermiers, palmipèdes, volailles et apiculture ont été passées en revue de même que les perspectives se dessinant pour les années à venir. Première à ouvrir le bal, la filière caprine a fait un bilan mitigé de 2013. Après une décapitalisation importante dans les cheptels, la situation semble toutefois se redresser. Le prix du lait de chèvre est en hausse, même si les coûts de production le sont également. Au niveau régional, la filière est soutenue dans le cadre du contrat de progrès lait via des actions d’appui technique et par d’autres actions menées dans le cadre du Code mutuel caprin. Pour la période 2015-2020, la filière souhaite se développer et communiquer davantage pour favoriser l’installation. Les conséquences de la crise se font ressentir sur la filière palmipèdes gras avec un marché en recul. En Limousin, où coexistent filière longue et filière courte, principalement corréziennes, plusieurs défis sont à relever dans les mois à venir. Premier d’entre eux, la mise aux normes des salles de gavage collectives qui aura pour conséquence une augmentation du temps de gavage mais aussi un confort de travail amélioré. Autre question épineuse, le renouvellement des générations dans la filière courte. Aujourd’hui, la contrainte du gavage semble rebuter les repreneurs potentiels. Du côté des fromages fermiers, la filière limousine compte une centaine de producteurs dynamiques. Trois démarches collectives rassemblent 35 % d’entre eux. Pour asseoir, voire développer la production, des formations sur la transformation sont nécessaires, témoigne une productrice de fromages. Une autre filière possède un potentiel de développement important, la volaille. La consommation reste en croissance malgré la crise. Basée majoritairement sur l’Est de la Creuse et l’Ouest de la Corrèze et de la Haute-Vienne, la production limousine ne peut actuellement pas répondre à toutes les demandes. 100 bâtiments supplémentaires seraient nécessaires. L’IGP Poulet du Périgord à venir donne de bonnes perspectives à une filière où le renouvellement des générations n’est pas assuré et où les prix de reprise devraient être revalorisés prochainement. L’absence d’atelier volailles dans les lycées agricoles de la région a été évoquée, absence à laquelle la profession aimerait remédier rapidement. Enfin, l’apiculture limousine est aujourd’hui à la croisée des chemins. Très sensible aux aléas climatiques, c’est une production qui devient de plus en plus technique.
Avec une production française en chute libre, les importations se font de plus en plus nombreuses et le prix du miel a été multiplié par deux en cinq ans. En Limousin, 60 apiculteurs ont plus de 70 ruches, nombre plancher pour pouvoir prétendre aux aides de FranceAgrimer. La MAEC « Amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles » mise en place dans le cadre du programme de développement rural régional devrait permettre aux apiculteurs éligibles de toucher une aide d’environ 21 euros par ruche. La filière limousine souhaite en outre communiquer davantage en direction des consommateurs via notamment la création d’un événement autour du miel. Pour la programmation 2015-2020, de nombreuses inconnues subsistent encore au sein du Plan pour la compétitivité et l’adaptation des exploitations agricoles (PCEA, ex-PMBE) et des Contrats d’actions collectives (CAC). Dans les discussions en cours, le plafond d’aide de 70 000 euros d’investissement pourrait être supprimé dans le futur PCEA et l’appui technique individuel semble remis en cause dans les CAC.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Tracteurs barrant l'accès à la A75 suite à une action syndicale.
Pourquoi l'A75 reste bloquée à hauteur de Saint-Flour ?

Pas question de démanteler le barrage bloquant installé sur l'autoroute A75 par les agriculteurs du Cantal à hauteur de Saint-…

A75 : le siège de la contestation agricole cantalienne

Vendredi, les troupes de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs entamaient leur quatrième jour de blocage de l’autoroute, avec en…

Mobilisation massive des agriculteurs le 25 janvier 2024 au Puy en Velay
Forte mobilisation des agriculteurs en Haute-Loire

Ils sont venus en tracteurs des 4 coins du département pour montrer leur colère auprès des administrations (DDT, direction des…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière