Aller au contenu principal

Les écoles publiques d’Aurillac conservent la semaine de quatre jours

Les conseils d’écoles (où sont représentés les parents, le corps enseignant, les délégués de l’Éducation nationale et les représentants de la municipalité) se sont prononcés.

L’équipe municipale s’était clairement positionnée pour la semaine de 4,5 jours, prévoyant la scolarisation des enfants le mercredi matin.  La majorité des conseils d’école en ont décidé autrement.
L’équipe municipale s’était clairement positionnée pour la semaine de 4,5 jours, prévoyant la scolarisation des enfants le mercredi matin. La majorité des conseils d’école en ont décidé autrement.
© R. S.-A.

Ce n’est pas le résultat qu’elle espérait. La démocratie locale que la municipalité d’Aurillac a instauré en ouvrant le débat sur le rythme scolaire a décidé d’une semaine de quatre jours travaillés et du mercredi libéré. Un choix formulé par les enseignants et les parents d’élèves, lors de votes qui se sont tenus entre le 25 mai et le 2 juin.

En connaissance de cause
“Mais contrairement à l’an dernier, les conditions du débat étaient réunies, en toute transparence et en connaissance de cause”, souligne le maire, Alain Calmette. Une grande réunion d’information s’était tenue le 28 avril au centre des congrès ; une autre avec les directeurs d’écoles avait suivi ;  les conseils des 13 écoles publiques d’Aurillac ont ensuite délibéré dans chacun des établissements. L’organisation de l’accueil hors temps scolaire, notamment celui du mercredi matin, sera calquée sur ce qui était déjà en place cette année. Il reste cependant à rendre la formule plus attractive, puisque seulement 120 enfants sur un potentiel de 2 000 élèves en ont profité. Claudine Fley, adjointe en charge de l’éducation promet d’y travailler, pour éviter que les jeunes Aurillacois ne restent collés devant le téléviseur toute une matinée...

Organisation pérenne
Les raisons du choix de la semaine de quatre jours s’expliquent aussi par des habitudes désormais prises quant à la garde des enfants, voire l’aménagement des horaires professionnels des parents qui ne peuvent changer régulièrement d’organisation. À cet égard, le maire rappelle que le rythme scolaire adopté vaut pour septembre, mais aussi pour les années à venir. L’engagement est pluriannuel. Jusqu’à la fin du mandat peut-on supposer. Les 24 heures hebdomadaires de cours seront ainsi réparties : de 8 h 30 à 11 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30, les lundi, mardi, jeudi et vendredi. En revanche, les heures de soutien seront programmées dans des créneaux choisis par les conseils des maîtres internes aux écoles et pourront donc être différents d’un établissement scolaire à l’autre.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservé

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Mesurer les impacts du futur cahier des charges AOP cantal sur une exploitation

La journée technique, programmée par l’organisme de gestion de l’appellation AOP cantal, a donné l’occasion de projeter sur un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière