Aller au contenu principal

IRRIGATION
Les collectivités locales au secours de l'irrigation

La Région, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme, Clermont Auvergne Métropole et Riom Limagne et Volcans vont acquérir les lagunes de feu la sucrerie de Bourdon pour pérenniser le système d'irrigation unique en France de l'ASA Limagne Noire.

Les élus et les membres de l'ASA Limagne Noire lors dela signature de la convention de rachat.
© ©MComte

La semaine dernière, la Région AuRA, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme, Clermont Auvergne Métropole et la communauté de communes Riom Limagne et Volcans ont annoncé le rachat des lagunes de ce qui était autrefois la Sucrerie de Bourdon. Les quatre collectivités assurent ainsi la pérennité d'un système d'irrigation, unique en France, qui réutilise les eaux usées traitées de la station d'épuration de Clermont-Ferrand. Ce sauvetage préserve aussi l'activité céréalière d'une cinquantaine d'exploitations de Limagne.

Une innovation unique en France

À la fin des années 1970, l’irrigation des cultures dans la Limagne Noire, au nord de Clermont-Ferrand, est impossible. Les terres sont éloignées de la rivière de l’Allier et aucune nappes souterraines ne permettent le pompage. La solution viendra de Christian Liabeuf, agriculteur, qui de retour d'un voyage en Californie découvre la réutilisation des eaux usées pour l'arrosage des espaces verts. À son retour en Auvergne, il se fixe l'objectif de recycler les eaux de la station d’épuration de Clermont-Ferrand (destinées à être rejetées dans la rivière de l’Artière) pour l’irrigation des cultures, de mai à septembre. 

Les bassins de lagunages de la Sucrerie de Bourdon se trouvant d'ores et déjà à côté de la station d'épuration clermontoise font de l'idée farfelue de l'époque, une innovation sans précédent. 

Ces huit bassins sont en effet indispensables pour permettre le traitement de l'eau par les UV solaires, pendant une douzaine de jours, afin d'en assurer une qualité sanitaire optimale avant aspersion sur les cultures. Les agriculteurs et la Sucrerie de Bourdon, alors leur coopérative, trouvent un terrain d'entente.

L'accord est balayé d'un revers de la main par Cristal Union, lors de la fermeture de l'usine en 2020 et qui n'hésite pas à proposer aux agriculteurs de racheter les lagunes pour un prix exorbitant. 

C'est le début d'un parcours du combattant pour les 50 exploitations agricoles adhérentes à l'ASA Limagne Noire qui gère le réseau d'irrigation. « C'était la survie de nos exploitations qui était en jeu. Nous avions déjà perdu la betterave. Si nous devions perdre l'irrigation, et donc les cultures à hautes valeurs ajoutées (maïs semence, légumes de plein champs...) nous aurions fait faillite » explique Christophe Cautier, président de l'ASA Limagne Noire.

2,7 millions d'euros d'investissement

Depuis le 18 janvier dernier, l'avenir est plus serein pour les agriculteurs puisque la Région AuRA, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme, Clermont Auvergne Métropole et Riom Limagne et Volcans ont annoncé acquérir, par l'intermédiaire de l'établissement public foncier local, les 16 hectares de terrain des lagunes pour un montant de 2,7 millions d'euros. La Région en sera le premier financeur avec un engagement à hauteur de 1,2 million d'euros. Vient ensuite le Conseil départemental du Puy-de-Dôme pour 623 077€ et ex aequo Clermont Auvergne Métropole et Riom Limagne et Volcans pour 415 385€ chacun.

Dans trois ans, le terrain sera rétrocédé à l'ASA Limagne Noire à moindre coût, par le changement de statut de la parcelle. 

« C'est un message fort envoyé à notre profession » explique Christophe Cautier qui ajoute « notre réseau d'irrigation est une référence nationale, une histoire débutée il y a 40 ans ; à l'heure où les enjeux autour de l'eau n'ont jamais été aussi forts, il aurait été dommage de le perdre. » 

Ce système d'irrigation utilise seulement 7 % de l'eau rejetée par la station et ne réalise aucun prélèvement sur le réseau. Il n'exerce donc, en période de sécheresse, aucune pression sur la ressource et permet de maintenir la production agricole. Un cercle vertueux dont l'ensemble des parties prenantes reconnaissent et mettent en avant pour justifier leur engagement (lire encadrés ci-contre).

Ils ont dit…
 

Laurent Wauquiez, président de la Région

« (L'ASA Limagne Noire) est un dossier d'avenir. Il représente ce que nous devons faire pour notre agriculture. Nous n'avions pas le droit d'échouer. Le réchauffement climatique a des conséquences sur l'eau et l'irrigation. L'agriculture, c'est la vie. Sans eau, pas d'agriculture. Et nous avons là, une solution qui est le modèle de ce qui doit être fait demain en France en termes de réutilisation des eaux usées. C'est une manière intelligente de protéger notre environnement tout en soutenant nos agriculteurs et notre production nationale et locale. »

Lionel Chauvin, président du Conseil départemental du Puy-de-Dôme

« L'accès responsable à l'eau et le soutien de l'agriculture puydômoise font partie des engagements forts du Conseil départemental. Je suis heureux de la concrétisation de cet accord garantissant la pérennité de ce système d'irrigation vertueux. Il est une traduction concrète de l'action départementale en faveur à la fois d'une gestion durable de l'eau et de son soutien à notre agriculture. En 2024, le Conseil Départemental investit 5 millions d'euros en vue d'un travail de fond pour une maîtrise responsable de la ressource et 8 millions d'euros pour son agriculture et l'alimentation des puydômois. »

Olivier Bianchi, président de Clermont Auvergne Métropole

« La question de l'eau est cruciale pour notre métropole et le sera encore davantage dans les années à venir. Le territoire doit faire face à des épisodes de sécheresse de plus en plus importants. C'est la raison pour laquelle nous consacrons des moyens sans précédent à ce dossier. Je me réjouis du partenariat que nous avons établi pour valoriser ses eaux usées. Dans d'autres pays voisins, comme en Espagne, 8 % des eaux usées sont réutilisées et 14 % en Italie. La démarche vertueuse de l'ASA Limagne Noire en direction du monde agricole est une magnifique réussite en termes d'économie circulaire et de valorisation de nos ressources. »

Frédéric Bonnichon, président de Riom Limagne et Volcans

« Les surfaces agricoles représentent plus de 60 % de la superficie totale de la com'com. Une part, légèrement supérieure à la moyenne nationale et qui génère de nombreux emplois et activités, avec la présence d'entreprises internationales (Limagrain, Sabi Agri...). Ce projet répond à ces deux enjeux essentiels que sont l'eau et l'économie, et nous sommes très fiers de nous engager aux côtés des acteurs agricoles. N'oublions pas que ces bassins sont aussi un réservoir de biodiversité puisque la LPO a dénombré un certains nombres d'oiseaux venant trouver refuge près des lagunes. »

 

 

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Tracteurs barrant l'accès à la A75 suite à une action syndicale.
Pourquoi l'A75 reste bloquée à hauteur de Saint-Flour ?

Pas question de démanteler le barrage bloquant installé sur l'autoroute A75 par les agriculteurs du Cantal à hauteur de Saint-…

A75 : le siège de la contestation agricole cantalienne

Vendredi, les troupes de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs entamaient leur quatrième jour de blocage de l’autoroute, avec en…

Mobilisation massive des agriculteurs le 25 janvier 2024 au Puy en Velay
Forte mobilisation des agriculteurs en Haute-Loire

Ils sont venus en tracteurs des 4 coins du département pour montrer leur colère auprès des administrations (DDT, direction des…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière