Aller au contenu principal

Les antibiotiques, c’est de moins en moins automatique

La diminution de l’utilisation des antibiotiques dans les élevages avicoles était au cœur de l’assemblée générale de l’association des éleveurs Berry, Centre et Auvergne. Derrière le défi sanitaire se profile aussi un enjeu économique.

Jean-Etienne Reignoux, président de l’ABCA est revenu sur l’année écoulée.
Jean-Etienne Reignoux, président de l’ABCA est revenu sur l’année écoulée.
© S. C.-G.

Avec 136 adhérents et des surfaces en augmentation, l’association des éleveurs Berry, Centre et Auvergne (ABCA) s’appuie sur un solide bataillon d’éleveurs, dont plus de la moitié produisent des poulets labels¹. Réuni, la semaine dernière, à Saint-Germain-de-Salles, les adhérents ont pu mesurer à quel point la baisse de la consommation d’antibiotiques était un sujet d’actualité. « Cette année nous avons encore été chahuté au niveau de nos trésoreries, mais aussi montrer du doigt par la société. Il suffit d’un exemple malheureux pour donner une image désastreuse de la filière », a expliqué Jean-Etienne Reignoux, président de l’ABCA. Et d’ajouter que « quelque soit le type d’élevage, les éleveurs n’avaient pas d’autres choix aujourd’hui que de s’imprégner des techniques alternatives pour aller progressivement vers une démedication ». Un sentiment partagé par le vétérinaire Philippe Deloge, qui est revenu sur le plan éco antibio 2017, qui prévoit à compter de 2015, une baisse de 25 % de l’utilisation des antibiotiques dans les élevages d’ici cinq ans.

Plus de prévention
En 2011, la filière volailles était avec la filière lapins, les deux principales consommatrices d’antibiotiques. Le défi est donc de taille, mais pas forcément insurmontable, comme a pu en témoigner, Gilles Cabart, éleveur installé en Gaec avec son fils, du côté de Mesples dans l’Allier. L’an dernier, il a naturellement inscrit ses deux poulaillers labels dans la démarche Engagement Qualité Carrefour (EQC), développé par le groupe Arrivé Auvergne (voir encadré), qui préconise un traitement exclusif à base de phytothérapie. Une fois assuré de ne pas subir de baisse de revenu, Gilles explique que trois raisons ont motivé son choix : la volonté de répondre à la demande du consommateur, la possibilité de se démarquer et la nécessité de trouver des méthodes alternatives de soin.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 3 octobre 2014.

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Les chargeurs télescopiques électriques ont l’avantage d’offrir un fonctionnement sans bruit et sans émissions dans les bâtiments.
Les chargeurs compacts et ultracompacts s’affichent comme les nouveaux valets de ferme

De plus en plus présents dans les exploitations d’élevage, les petits automoteurs de manutention à bras 
télescopique…

Un grand groupe de personnes manifeste dans la campagne.
Manifestation anti "giga-bassines" de Billom : à boire et à manger…

Plusieurs milliers de personnes se sont réunies le week-end dernier à Billom, dans la plaine de la Limagne, pour manifester…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière