Aller au contenu principal

Les agriculteurs colombiens se mobilisent

Dans les plaines orientales de Colombie, les petites exploitations d'élevage familiales cohabitent avec l'industrie pétrolière et les géants de l'agro-industrie, qui gagnent chaque année du terrain.

Dans les plaines orientales de Colombie, les petites exploitations d'élevage familiales cohabitent avec l'industrie pétrolière et les géants de l'agro-industrie, qui gagnent chaque année du terrain.
Dans les plaines orientales de Colombie, les petites exploitations d'élevage familiales cohabitent avec l'industrie pétrolière et les géants de l'agro-industrie, qui gagnent chaque année du terrain.
© Mylène Coste

De grandes plaines à perte de vue où pâturent paisiblement quelques bovins... Il y a ici comme un air de Far West américain. Nous sommes pourtant en Colombie, dans le département du Meta, au coeur des « Llanos » (plaines) orientales. À quelques kilomètres de la petite ville de Puerto Gaïtan, Martha et Carlos ont créé, il y a 13 ans, la finca (ferme) La Peluza, une exploitation de 40 ha. « Nous élevons un troupeau d'ovins pour la viande (25 mères), quelques cochons qui génèrent du méthane pour l'électricité de la ferme, 80 bovins élevés en pâturage tournant, des poules pour la viande et les oeufs, 30 ruches qui produisent miel et propolis, ainsi qu'un élevage de poissons », renseigne Martha. « Lorsque nous sommes arrivés, les terrains, sableux et très compacts, étaient en friche », se souvient Carlos. Aujourd'hui, de grands arbres s'élèvent tout autour de la ferme familiale : ananas, mangues, bananes, papayes, cacao et autres fruits cohabitent avec les cultures de légumes. « Nous avons travaillé d'arrache-pied pour redonner de la vie aux sols. Le fumier généré par les animaux sert à amender les sols, tandis que les déchets organiques de la cuisine alimentent les bêtes, formant ainsi un cercle vertueux. Nous pratiquons aussi les couverts végétaux pour maintenir l'humidité des sols. » Dans les environs, La Peluza fait figure de grande ferme parmi les petites. La majorité des exploitations familiales compte entre un et 15 ha de diverses productions, principalement dédiées à l'autoconsommation. Mais depuis une vingtaine d'années, ce modèle agricole se voit concurrencé par l'agro-industrie.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière