Aller au contenu principal

Les abattages toujours bien orientés en Auvergne-Limousin

L’interprofession porcine Auvergne-Limousin (IPAL) a tenu son assemblée générale dernièrement à Aubière.

La production porcine conserve une bonne dynamique dans la région.
La production porcine conserve une bonne dynamique dans la région.
© SC

En tant qu’association interprofessionnelle, l’IPAL garantit les opérations de pesée, de classement et de marquage (PCM) des porcs charcutiers et des animaux de réforme à l’abattoir. Ils assurent également bien d’autres missions dont le lien avec les éleveurs, la communication… et disposent d’une connaissance aiguisée des statistiques. En 2020, les abattoirs de la zone IPAL ont traité 966 180 porcs, soit près de 20 000 porcs de plus qu’en 2019. Depuis vingt ans, l’activité dans les abattoirs est croissante, même si depuis 2007, on constate une certaine stabilisation. Une fois n’est pas coutume, le « gros » de l’activité est généré par l’abattoir Tradival à Lapalisse dans l’Allier, qui a lui seul a traité 703 623 porcs en 2020. Sur ce seul site, un peu plus de 15 000 porcs supplémentaires ont été abattus en 2020 par rapport à 2019.

Hausse des abattages
Au total, 450 066 porcs produits et abattus en Auvergne et Limousin, soit +1,3 % par rapport à 2019, tandis que 505 254 porcs venus d’autres régions sont abattus sur la zone Ipal, soit + 2,6 %. Les animaux viennent du Centre (137 616), de Rhône-Alpes (114 661), de Bretagne (80 563), de Bourgogne-Franche-Comté (64 209), d’Aquitaine et Poitou-Charentes (56 505), d’Occitanie (25 555), des Pays-de-la-Loire (15 403) et d’autres régions pour un volume de 10 742 porcs. A contrario, 85 403 porcs produits en Auvergne et Limousin sont abattus hors zone Ipal, soit +5,1 % par rapport à 2019. Ils transitent essentiellement vers Midi-Pyrénées, le grand Ouest, l’Aquitaine et Rhône-Alpes. « Globalement, l’activité se porte plutôt bien », a souligné Francis le Bas, président de l’IPAL, révélant « qu’en trente ans, on a gagné entre 18 et 20 kilos de carcasse par porc ». Un bon énorme rendu possible grâce à la génétique et l’évolution des pratiques d’élevage.

Parler d’une seule et même voix
La production régionale s’appuie notamment sur plusieurs signes officiels de qualité et sur une tradition de salaisonnerie encore très ancrée. Depuis 2017, l’IPAL et INTERPORC Rhône-Alpes, les deux interprofessions sont réunies au sein d’une structure informelle : le comité régional porcin, afin de parler d’une même voix aux élus du Conseil régional. L’une des ambitions de Francis Le Bas, président de l’Ipal depuis fin 2020 est d’aller plus loin : « Nous souhaitons aujourd’hui relancer le processus de fusion avec Rhône-Alpes. Sans remettre en cause le fonctionnement, et les engagements pris avec nos différents partenaires, la fusion est désormais la suite logique. Nous avons la chance d’avoir un Conseil régional qui souhaite soutenir la production porcine. Un fonds de développement existe mais il est toujours porté par Interporc Rhône-Alpes. Il est temps que nous parlions d’une seule et même voix. C’est une question de cohérence et de pragmatisme ».

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière