Aller au contenu principal

Le tabac, une petite filière à ne pas oublier

Les premières parcelles de tabac sont en cours de récolte mais il faudra encore attendre jusqu’à la fin août pour voir l’essentielle des surfaces coupées.

Les parcelles de tabac les plus précoces sont en cours de récolte mais le gros des surfaces sera coupé aux alentours de la fin août.
Les parcelles de tabac les plus précoces sont en cours de récolte mais le gros des surfaces sera coupé aux alentours de la fin août.
© Mélodie Comte

Les parcelles de tabac les plus précoces sont en cours de récolte dans le département du Puy-de-Dôme. Le gros des surfaces n’en est seulement qu’au stade de l’écimage. Il faudra donc attendre jusqu’à la fin août, voire début septembre, pour commencer le gros des coupes. Environ 65 hectares de tabac ont été plantés cette saison par une quarantaine de producteurs. Des surfaces bien loin des milliers d'hectares de céréales semés en Limagne. Pourtant, la culture aussi petite soit-elle n’est pas coupée des réalités actuelles.

 

Stabilisation des surfaces

Jean-Louis Duron, président du syndicat des Planteurs de Tabac du Puy-de-Dôme l’affirme : «les producteurs tiennent à conserver le tabac pour maintenir leur revenu». Il y a encore quelques années, le tabac puydômois voyait ses surfaces s’éroder considérablement.

Les récentes évolutions culturales, appuyées par une forte mécanisation, le maintien des prix et l’implication des différents acteurs de la filière ont quelque peu stoppé le phénomène. Ces évolutions ont même permis de diviser par deux le temps de travail à l’hectare.

Désormais, les «surfaces se stabilisent et les producteurs ont changé leur discours».

Les surfaces de Virginie en agriculture Biologique ont d’ailleurs fortement progressé. «Le Virginie est acheté 7€/kg. C’est une filière très intéressante parce qu’hormis le mildiou et la pression des adventices, il n’y a aucun intrant. Les charges de production sont considérablement réduites».

 

Un avenir fébrile

Néanmoins, les surfaces nationales actuelles de tabac ne suffisent pas à faire tourner pleinement l’usine de première transformation de Sarlat.

L’outil est indispensable aux producteurs. A ce jour, «il transforme 8 000 tonnes de tabac français alors qu’il lui en offrait

10 000 tonnes pour être à l’optimum» d’après Jean-Louis Du-ron. D’où l’importance pour la filière d’encourager ses planteurs à augmenter leurs surfaces et surtout motiver les jeunes installés. Avec environ 180 tonnes annuelles, le tabac puydômois est tout petit. Le syndicat des Planteurs de Tabac du Puy-de-Dôme a donc mis en place un soutien aux nouveaux engagés. Via le prêt de matériel et notamment une aide financière à la location de séchoirs, les planteurs espèrent encourager les vocations et surtout limiter les arrêts. Et comme de nom-breux agriculteurs, ils attendent beaucoup des annonces récentes en matière d’irrigation. « L’irrigation permet de bien conduire la culture, d’assurer le rendement et surtout de pérenniser nos outils sur notre territoire. Le renouvellement des réseaux assurerait aussi l’avenir du tabac».

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière