Aller au contenu principal

« Diester s’affiche dans les campagnes »
Le secret de l’Or Vert

PROLEA, filière française des huiles et protéines végétales a lancé depuis 2006 une campagne de communication nationale sur le biocarburant Diester®.

Au bord des routes de la Limagne, les banderoles rappellent au grand public le rôle indispensable de l’agriculture
Au bord des routes de la Limagne, les banderoles rappellent au grand public le rôle indispensable de l’agriculture
© Auvergne Agricole
L’objectif est de présenter les qualités de cette énergie renouvelable au grand public afin qu’il se l’approprie. Le Puy-de-Dôme participe à cette opération de communication avec l’UDSEA et Domagri. Les automobilistes peuvent observer depuis fin mai sur le bord des routes nationales et départementales des banderoles jaunes avec ce message : « Ici je cultive le tournesol (ou colza) Diester et je lutte contre l’effet de serre ». Les producteurs d’oléagineux sont fortement impliqués pour fournir les graines de tournesol et de colza pour élaborer le Diester.

Quel est l’intérêt du Diester® ?
La FOP* démontre le rôle essentiel des producteurs puisqu’ils fournissent la matière première du « diesel vert » dont la consommation permet de réduire les rejets de gaz à effet de serre tout en assurant une partie de notre indépendance énergétique.


Le monde agricole relève le challenge

Pour répondre aux agréments accordés par l’Etat dans le cadre du Plan biocarburants (objectifs d’incorporation de biocarburant fixés à 5,75 % en 2008, 7 % en 2010 et 10% en 2015), les producteurs d’oléagineux s’engagent sur une forte progression des cultures de colza et de tournesol énergétiques. En 2010, 1,6 million d’hectares d’oléagineux sera dédié au Diester pour respecter la progression des taux d’incorporation de biocarburant, soit la multiplication par 4 de la surface consacrée actuellement à cette production.
Que deviennent les cultures énergétiques du Puy-de-Dôme ?
Ces cultures sont réalisées dans le cadre des jachères industrielles et des dispositifs d’aides aux cultures énergétiques (ACE). Les récoltes sont triturées à l’usine de Lezoux, Auvergne Trituration. C’est un outil de transformation de proximité, la plus au centre de la France, les autres usines étant surtout situées près des côtes. Cette usine présente des avantages pour les producteurs puydomois : débouchés assurés, coûts de transport limités, etc.


Qui utilise le Diester® ?

- 100 % des véhicules diesel roulent au Diester car tous les distributeurs pétroliers proposent un gazole additivé de biocarburant Diester !
- Les flottes diesel dites « captives»: les collectivités, les organismes collecteurs et les entreprises disposant d’une cuve de stockage carburant pour leurs véhicules, peuvent bénéficier (sous conditions) d’une incorporation optimale de Diester dans le gazole à hauteur de 30 %.

Pour tout connaître du Diester®, rendez-vous sur www.prolea.com, rubrique les produits.

*Fédération des producteurs d’Oléagineux et de Protéagineux



Qu’est-ce que le biocarburant Diester®?
C’est un combustible liquide élaboré à partir des oléagineux. Les graines de colza et de tournesol sont pressées (trituration). L’huile récupérée est purifiée puis transformée par réaction avec un alcool pour obtenir le Diester. Il est incorporé dans les gazoles car ses propriétés quasi-identiques permettent de respecter davantage l’environnement.



Les grands atouts du Diester®

- Une alternative crédible au pétrole : nous gagnons en indépendance énergétique et nous économisons l’énergie fossile que constitue le pétrole.
- Une énergie française renouvelable : les réserves de pétrole ayant tendance à s’épuiser, le biocarburant Diester est quant à lui produit chaque année à partir de nouvelles récoltes d’oléagineux.
- Une lutte efficace contre l’effet de serre : une tonne de Diester consommée permet d’économiser le rejet dans l’atmosphère de 2,5 tonnes de CO2. En 2006, cette économie a été de plus d’1 million de tonnes. En 2010, près de 5 millions de tonnes de rejet de CO2 seront économisées grâce à l’emploi du Diester !
- Une facilité d’utilisation : tout véhicule diesel peut rouler avec du Diester mélangé au gazole. Aucun changement n’est nécessaire au niveau de sa motorisation jusqu’au taux d’incorporation de 30 %.
Un bilan énergétique largement positif : ce biocarburant restitue trois fois plus d’énergie que celle qui a été nécessaire pour le produire.

 

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière