Aller au contenu principal

FOURRAGE
Le séchoir à bottes rondes, l'alternative au séchage en grange

Au Gaec Brown Swiss Farm à Sauvessanges, les associés ont opté pour un équipement inédit dans le Puy-de-Dôme, le séchoir à bottes rondes.

séchoir à bottes rondes sans bottes chaudière plaquettes
Les bottes de fourrage sont placées sur les étagères en acier qui se relèvent grâce à des vérins, avant que l'air chaud ne soit envoyé par dessus et par en dessous.
© ©BSF

Le séchoir à bottes rondes fait figure d'ovni dans notre région où le séchage en grange est privilégié. Pourtant, cet équipement largement déployé dans d'autres départements français offre une alternative en termes de coûts et d'envergure. Au Gaec Brown Swiss Farm, Marina Studer et Peter Hager ont opté pour cet équipement lors de leur passage en système tout foin. Depuis un an, le troupeau de 70 vaches laitières de cet élevage de Sauvessanges (composé à 80 % de Brunes) est nourri exclusivement à l'herbe.

Manque de place et investissements

Le système tout foin en production laitière présente un certain nombre d'avantages sanitaires et économiques. Son adoption demande cependant une réorganisation profonde de l'exploitation dans laquelle l'herbe est au centre de tout. Marina Studer et Peter Hager en étaient parfaitement conscients. « La récolte de l'herbe doit être optimale sans quoi, il est facile de perdre la valeur nutritive du fourrage » explique Peter. Le stade de l'herbe au moment de la récolte prédomine dans cette équation et sa précocité est garante d'une meilleure qualité. C'est à cet instant qu'intervient le séchage pour s'assurer d'un fourrage sec mais dont les teneurs en protéines, entre autres, seront conservées. Marina et Peter ont d'abord envisagé un séchage en vrac classique mais la disposition de leurs bâtiments d'élevage occasionnait plusieurs contraintes. 

« Nous ne pouvions pas accoler le séchoir à côté de la stabulation. Cela aurait demandé de le faire ailleurs et de transporter le fourrage en tracteur. » 

Impensable pour les deux jeunes éleveurs qui avaient également comme objectif de réduire leur temps d'astreinte par le passage en système tout foin. À cela s'ajoutait la nécessité de renouveler leur parc matériel. « Nous aurions dû acheter une autochargeuse et un tracteur assez puissant pour la tirer. L'investissement final aurait été considérable. »

Ils se mettent donc en quête d'un équipement alternatif qu'ils trouvent dans le séchoir à bottes rondes.

Séchage double flux

« Très répandu dans le Jura et le Doubs », l'équipement vendu par une entreprise italienne, est livré en kit. Marina et Peter ont opté pour un séchoir 2x10 permettant de sécher 20 bottes rondes à la fois, sur deux étages relevables via des vérins.

Une chaudière à plaquettes accolée à cette « étagère », chauffe l'air qui est envoyé en double flux par-dessous et par-dessus les bottes. Au bout de 6 heures, les bottes rondes, dont le taux d'humidité pouvait atteindre 35 %, sont sèches. 

« En 24 heures, on peut faire 60 bottes. » 

Cet équipement n'a demandé aucune maçonnerie particulière si ce n'est une simple dalle. Il comprend un toit et, sur ses quatre côtés, des rideaux brise-vent électriques pouvant être abaissés en cas de pluie. Dans cette opération, le couple d'éleveurs a simplement construit un hangar de stockage pour les fourrages. « Pour gagner en chaleur et en énergie, nous récupérons l'air chaud dans la double toiture de ce hangar pour le réinjecter via un ventilateur, dans la chaudière. » Avant ce séchoir, installé en décembre 2023, Marina et Peter ont testé un équipement similaire équipé d'une chaudière fioul. « Les premières analyses des fourrages ont montré un bon taux de MAT (matières azotées totales). » Avec ce séchoir, les éleveurs ont gagné en place mais aussi en argent. Coût total de l'équipement hors maçonnerie : 200 000 €. Ils ont pu conserver leur tracteur et leur round baller. Désormais, ils attendent le début de la saison pour affiner leur avis sur cet outil.

 

Les plus lus

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

De gauche à droite : Anthony Fayolle (SG) et Nicolas Merle (Président).
Un nouveau duo à la tête de la FDSEA de Haute-Loire

Jeudi 3 avril, le nouveau conseil d'administration de la FDSEA de Haute-Loire a élu président, secrétaire général ainsi que…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière