Aller au contenu principal

Le safran de Béatrice Avinin : une idée pas si bête en Gévaudan

Originaire de Lachamp-Ribennes, cette juriste s'est lancée depuis 2018 dans la production de cette épice, longtemps oubliée bien qu'endémique du massif central. Un « safran du Gévaudan », qui a été récompensé, ce lundi 29 novembre à Figeac, de la meilleure note et de trois étoiles au concours annuel du conservatoire régional, malgré sa jeunesse de production.

Originaire de Lachamp-Ribennes, cette juriste s'est lancée depuis 2018 dans la production de cette épice, longtemps oubliée bien qu'endémique du massif central. Un « safran du Gévaudan », qui a été récompensé, ce lundi 29 novembre à Figeac, de la meilleure note et de trois étoiles au concours annuel du conservatoire régional, malgré sa jeunesse de production.
Originaire de Lachamp-Ribennes, cette juriste s'est lancée depuis 2018 dans la production de cette épice, longtemps oubliée bien qu'endémique du massif central. Un « safran du Gévaudan », qui a été récompensé, ce lundi 29 novembre à Figeac, de la meilleure note et de trois étoiles au concours annuel du conservatoire régional, malgré sa jeunesse de production.
© GS

C'est moins qu'une fleur, à peine une partie de son pistil. Au coeur de la plante, il faut allier délicatesse et précision pour extraire le trésor qui s'y cache : le safran, des filaments pourpre tirant vers le jaune, pesant à peine des centièmes de gramme. C'est pour cette épice, autrefois cultivée dans le Quercy, que Béatrice Avinin s'est passionnée. Originaire et toujours habitante de Lachamp-Ribennes, cette fille d'éleveurs bovins avait depuis longtemps « l'envie de cultiver des fleurs ». Mais pas n'importe lesquelles. Juriste pour le Cerfrance à Mende, elle ressentait l'envie de faire quelque chose d'à la fois « cultivable sur une petite surface », mais aussi « dans l'exception ».
De son nom latin crocus sativus, le safran, parfois appelé « or rouge » est également cultivé depuis le Moyen-Âge tout autour de la Méditerranée. Cependant, une souche française a été préservée avec soin par le conservatoire botanique du safran du Quercy, dans le Lot. Souche qui est, par ailleurs, potentiellement plus habituée au climat local.
C'est celle qu'a choisie Béatrice Avinin quand elle a acheté ses 6 000 premiers bulbes qui lui ont permis dès 2018 de tester sa production, entièrement naturelle, sans intrant chimique. Pas une mince affaire en plein Gévaudan, à plus de 1 100 mètres d'altitude. Mais Béatrice est loin d'improviser. Avec son compagnon Jérôme Avinin, elle se forme et note les premiers résultats. Si la plante « peut résister à la sécheresse comme au gel jusqu'à -12°C sous terre », c'est en fait la neige qui constitue, avec les rats taupiers et les taupins, le principal obstacle car couvrant la plante, elle entrave sa croissance hivernale.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière