Aller au contenu principal

Energies renouvelables
Le photovoltaïque pas à pas chez Sébastien Montalban, éleveur dans le Puy-de-Dôme

Installé en Gaec avec son père, sa sœur, son oncle et sa tante en production laitière à Limons dans le Puy-de-Dôme, Sébastien Montalban a démarré l’aventure du photovoltaïque en 2021 en tant qu’hébergeur. Aujourd’hui, accompagné par la Chambre d’agriculture, il veut passer en mode investisseur.

Marion Delobeau, conseillère énergie à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme et Sébastien Montalban éleveur de vaches laitières à Limons réunis dans l'un des bâtiments d'élevage échangent sur les projets photovoltaïques de l'exploitation agricole.
Photovoltaïque : l'expérience de Sébastien Montalban éleveur dans le Puy-de-Dôme.
© Pamac
  • Une exploitation laitière dynamique

Sébastien Montalban : Je me suis installé en 2005 au sein du Gaec familial. En prévision du départ à la retraite de mon père, ma sœur Sandrine nous a rejoint récemment sur l’exploitation. Nous disposons d’un troupeau de 110 vaches de race prim’holstein pour une production d’1,1 million de litres de lait, exclusivement collecté par Sodiaal. Notre surface agricole utile se déploie sur 240 hectares, dont 100 hectares de cultures sont dédiés à l’autoconsommation, et le reste est constitué d’herbe. Depuis avril 2022, nous avons investi dans deux robots de traite.

  • Comment le recours au photovoltaïque a émergé dans votre stratégie d’entreprise ?

S.M. : Lorsque nous avons augmenté notre production laitière, il y a deux ans, nous étions à l’étroit avec un double besoin celui d’aménager notre bâtiment laitier et de construire un bâtiment de stockage de fourrages. Nous nous sommes dits, à ce moment-là, pourquoi pas en profiter pour installer des panneaux photovoltaïques sur le bâtiment de stockage. Par crainte que la banque ne nous suive pas et alors que nous avions déjà investi beaucoup, nous avons préféré signer un bail avec un hébergeur. Le bâtiment de 1 100 m² a été monté en 2021, et à l’époque le coût de la centrale était de 180 000 euros. Nous louons le terrain à l’hébergeur pendant trente ans, à la fin de ce délai, le bâtiment nous appartient. Lui se rémunère sur la vente de l’électricité produite. Nous avons toutefois contribué au financement du raccordement initial à hauteur de 10 000 euros sur un budget total de 50 000 euros.

  • Aujourd’hui vous souhaitez poursuivre l’aventure du photovoltaïque. Pourquoi et comment ?

S.M. : Ces derniers mois, face à la flambée du coût de l’électricité, nous avons réfléchi à comment grâce au photovoltaïque, nous pourrions retrouver des marges de manœuvre, la production laitière étant par essence assez gourmande en consommation énergétique. Les premiers projets en autoconsommation promettent 30% d’autonomie couplés à une batterie de stockage ne nous semblent pas suffisamment rentables. Pour autant, dans le cadre de la réfection de notre nurserie, de l’agrandissement d’un de nos bâtiments et de la création d’un second bâtiment de stockage, nous avons réfléchi avec la Chambre d’agriculture sur comment intégrer des panneaux pour contribuer à financer ces investissements.

  • Cette fois-ci, vous partiriez donc sur un projet de revente d’électricité en étant investisseur ?

S.M. : Oui c’est l’objectif. Nous disposons des permis de construire et de l’accord de la banque. Nous sommes toujours en attente de l’accord de subvention. Les deux projets distincts représentent un investissement de 300 000 euros rien que pour la centrale photovoltaïque dont la puissance escomptée se situe aux alentours de 430 kilowatts crête (kWc). Le raccordement ayant déjà été fait, nous allons gagner du temps. Sur un bâtiment neuf, le temps de retour sur investissement est annoncé à sept ans, il n’y a donc à priori pas d’ombre au projet.

  • Pourquoi avez-vous choisi d’être accompagné par la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme ?

S.M. : Pour nous, il était essentiel de s’appuyer sur quelqu’un de neutre qui voit beaucoup de projets. Toutes les entreprises de photovoltaïques ont certes un savoir-faire mais sont moins impartiales qu’une chambre d’agriculture dans la mesure où elles ont quelque chose à vendre. Sans compter qu’administrativement, ce type de projets est très lourd, avoir l’aide d’une conseillère n’est pas de trop. Cela nous a rassuré et a fiabilisé notre démarche.

 

Dans l’œil de Marion Delobeau, conseillère énergie à la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme

« Le photovoltaïque se déploie fort actuellement car il contribue à faire avancer les exploitations en atténuant les charges d’investissement. Plus aucun bâtiment ne devrait aujourd’hui se monter sans solaire ou du moins sans en étudier l’opportunité ».

 

Lire aussi notre dossier complet : https://www.reussir.fr/bovins-viande/dossier/batiment-photovoltaique-des-bovins-bien-loges-sous-les-panneaux

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière