Aller au contenu principal

Le Parlement européen peine à prendre position

Avec deux co-rapporteurs aux opinions radicalement opposées, le projet de position du Parlement européen sur la stratégie « de la ferme à la table » s'en tient à ce stade à de grandes généralités sans réellement se prononcer sur les propositions de la Commission concernant la réduction des pesticides ou les surfaces en agriculture biologique.

Avec deux co-rapporteurs aux opinions radicalement opposées, le projet de position du Parlement européen sur la stratégie « de la ferme à la table » s'en tient à ce stade à de grandes généralités sans réellement se prononcer sur les propositions de la Commission concernant la réduction des pesticides ou les surfaces en agriculture biologique.
Avec deux co-rapporteurs aux opinions radicalement opposées, le projet de position du Parlement européen sur la stratégie « de la ferme à la table » s'en tient à ce stade à de grandes généralités sans réellement se prononcer sur les propositions de la Commission concernant la réduction des pesticides ou les surfaces en agriculture biologique.
© Dati Bendo - EC - Audiovisual Service

Par souci de compromis, le projet de résolution du Parlement européen sur la stratégie « de la ferme à la table » trouvé entre les co-rapporteurs des commissions compétentes - la Néerlandaise du Parti des animaux Anja Hazekamp pour la commission de l'Environnement (Comenvi) et le démocrate-chrétien italien Herbert Dorfmann pour la commission de l'Agriculture (Comagri) - ne prend pas réellement position sur les propositions les plus emblématiques de la Commission (réduction de 50 % des pesticides, 25 % de surfaces bio en 2030...). « Les deux rapporteurs choisis par les deux commissions pour travailler ensemble ne pouvaient être plus différents », commente d'ailleurs le think tank Farm Europe. Résultat, pour l'instant, les deux parlementaires se contentent dans leur projet de se féliciter « de la décision de réviser la directive sur l'utilisation durable des pesticides et des objectifs de réduction des pesticides, des engrais et des antibiotiques », insistant « pour que chaque État membre établisse des objectifs de réduction quantitatifs solides, accompagnés de mesures de soutien bien définies garantissant la responsabilité à tous les niveaux pour contribuer à la réalisation de ces objectifs ».

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière