Aller au contenu principal

Le Parlement européen peine à prendre position

Avec deux co-rapporteurs aux opinions radicalement opposées, le projet de position du Parlement européen sur la stratégie « de la ferme à la table » s'en tient à ce stade à de grandes généralités sans réellement se prononcer sur les propositions de la Commission concernant la réduction des pesticides ou les surfaces en agriculture biologique.

Avec deux co-rapporteurs aux opinions radicalement opposées, le projet de position du Parlement européen sur la stratégie « de la ferme à la table » s'en tient à ce stade à de grandes généralités sans réellement se prononcer sur les propositions de la Commission concernant la réduction des pesticides ou les surfaces en agriculture biologique.
Avec deux co-rapporteurs aux opinions radicalement opposées, le projet de position du Parlement européen sur la stratégie « de la ferme à la table » s'en tient à ce stade à de grandes généralités sans réellement se prononcer sur les propositions de la Commission concernant la réduction des pesticides ou les surfaces en agriculture biologique.
© Dati Bendo - EC - Audiovisual Service

Par souci de compromis, le projet de résolution du Parlement européen sur la stratégie « de la ferme à la table » trouvé entre les co-rapporteurs des commissions compétentes - la Néerlandaise du Parti des animaux Anja Hazekamp pour la commission de l'Environnement (Comenvi) et le démocrate-chrétien italien Herbert Dorfmann pour la commission de l'Agriculture (Comagri) - ne prend pas réellement position sur les propositions les plus emblématiques de la Commission (réduction de 50 % des pesticides, 25 % de surfaces bio en 2030...). « Les deux rapporteurs choisis par les deux commissions pour travailler ensemble ne pouvaient être plus différents », commente d'ailleurs le think tank Farm Europe. Résultat, pour l'instant, les deux parlementaires se contentent dans leur projet de se féliciter « de la décision de réviser la directive sur l'utilisation durable des pesticides et des objectifs de réduction des pesticides, des engrais et des antibiotiques », insistant « pour que chaque État membre établisse des objectifs de réduction quantitatifs solides, accompagnés de mesures de soutien bien définies garantissant la responsabilité à tous les niveaux pour contribuer à la réalisation de ces objectifs ».

Les plus lus

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Les chargeurs télescopiques électriques ont l’avantage d’offrir un fonctionnement sans bruit et sans émissions dans les bâtiments.
Les chargeurs compacts et ultracompacts s’affichent comme les nouveaux valets de ferme

De plus en plus présents dans les exploitations d’élevage, les petits automoteurs de manutention à bras 
télescopique…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière