Aller au contenu principal

Le mal-être agricole, une réalité ; le détecter, une nécessité

Le sujet n’est plus tabou : la prévention du suicide mérite une prévention accrue. Toutefois, la détection de signes avant-coureurs reste difficile ; une formation spécifique peut y aider.

Un territoire test, celui d’Ydes, a été choisi avant de généraliser la formation “sentinelles” en vue de constituer un réseau de veille et de prise en charge des agriculteurs et des salariés agricoles en situation de grande fragilité. 
Un territoire test, celui d’Ydes, a été choisi avant de généraliser la formation “sentinelles” en vue de constituer un réseau de veille et de prise en charge des agriculteurs et des salariés agricoles en situation de grande fragilité. 
© R. S.-A.

L e mal-être est fréquent, partout, indéniable. Et plus encore en agriculture, un secteur professionnel qui enregistre deux fois plus de suicides que n’importe quel autre : deux par jour (déjà 600 par an en 2017, plus marqué encore en productions animales). Face à ce constat, la MSA décide de réagir par une série d’actions, dont l’activation d’un réseau de sentinelles en charge de repérer, écouter et orienter celles et ceux qui sont en souffrance.     
Vendredi dernier, le président de la caisse régionale Auvergne, Philippe Panel, et le président du comité départemental, Jean-Marie Fabre, ont présenté avec des agents en charge de ce dossier le dispositif aux élus de la MSA du Cantal. Car si un numéro vert existe déjà(1), il nécessite que ce soit les premiers concernés qui appellent. “Agri-écoute”, certainement sous-employé. “Ceux qui peuvent prétendre à un soutien ne se manifestent pas”, admet Philippe Panel. “Quand un
paysan met un genou à terre, c’est que l’autre jambe n’avance déjà plus”, image Jean-Marie Fabre. Derrière ce constat, un problème culturel : la peur de l’échec, vis-à-vis de ses aïeux, de ses enfants, de ses collègues...

En détresse, mais taiseux
Le milieu est taiseux ; des situations parfois dramatiques passent à travers les mailles du filet des soutiens. Voilà pourquoi la MSA tient à un réseau dense de sentinelles volontaires à même de détecter les personnes en souffrance, leur porter une oreille attentive, les orienter vers des services, alerter le cas échéant en cas de crise suicidaire. “Difficile de faire parler quelqu’un qui ne veut pas !”, lance une voix féminine dans la salle. “Mais on n’a pas le droit de ne pas essayer”,
lui répond un autre participant. “Reconnaître au travers ses propos et/ou son comportement des signaux d’alerte et savoir aborder la personne concernée”, ce sont justement les premiers volets de la formation  d’une journée proposée par la MSA et animée par un médecin, un psychologue et une infirmière.

Orienter vers les bons outils
Après cette mise en relation, il s’agit de les accompagner vers des ressources appropriées et de les inviter à prendre soin d’eux. De quoi relativiser et faire jouer des outils déjà en place (MSA, DDT, Chambre d’agriculture, etc.), même si, certes, cela n’efface pas les causes. “Car celles-ci sont le plus souvent du domaine du législateur”, remarque la MSA Auvergne.    

(1) Pour répondre au 09 69 39 29 19, par tchat sur agriecoute.fr ou aux guichets, pas moins de 70 agents ont été formés en Auvergne.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Jeune sur un simulateur de conduite d'engin agricole
Quel est ce nouvel outil pédagogique qui va entrer à la MFR de Marcolès ?

Vu à Aurillac, lors du Forum de l’orientation et des métiers, le simulateur d’engins agricoles a fait l’unanimité. La MFR de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière