Aller au contenu principal

Céréales
Le maïs au cœur des enjeux géopolitiques

Lors de l'assemblée générale de l'AGPM à Clermont-Ferrand, les producteurs de maïs ont témoigné leurs craintes quant à l'avenir de la compétitivité de la production française. 

Le maïs décarbonera l’agriculture française et même la France ! Les producteurs de l’Assemblée générale des producteurs de maïs (AGPM) en sont persuadés. Mais encore faut-il leur donner les moyens « on veut nous mettre dans le corner alors que nous devrions être face au but » a ainsi imagé le président Franck Laborde, en faisant référence notamment aux interdictions en cascade de produits phyto (lire page 15). Des produits suspendus selon son secrétaire général Jean-Marc Schwartz, « sans rechercher de solutions alternatives au préalable, alors que l'inverse serait bien plus productif et éviterait les impasses ». À l'heure où la souveraineté alimentaire est hissée comme une grande cause nationale, les maïsiculteurs ne savent plus à quel saint se vouer. D'un côté, les exigences franco-françaises s'additionnent aux européennes conditionnant la production dans un carcan de normes. Tandis qu'en parallèle, l'Europe envisage d'ouvrir ses frontières aux céréales argentines et brésiliennes. Le maïs français aurait pourtant tout intérêt à maintenir sa production. « Cette céréale est à l'épicentre de la géopolitique » assure Sébastien Abis, directeur du club Demeter et chercheur associé à l'IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques) venu éclairer la situation.


L’alimentation : l’avenir sécuritaire du monde 

« Notre société était jusqu’alors bercée dans le confort. Nous sortons de cette ère, sous l’effet du changement climatique, des conflits, des pandémies... C’est un achèvement brutal. De ce fait, les gens redécouvrent les sujets agricoles parce qu’ils s’inquiètent.» Sébastien Abis décortique devant des producteurs attentifs, la pensée collective actuelle, du moins celle de l’occident. Dans ce 21ème siècle trois piliers régissent les besoins de la population mondiale : la sécurité, la soutenabilité et la santé. Sur le plan sécuritaire, si une partie de la population mondiale n’a jamais pu goûter de ce pain-là, une autre s’en repait depuis la fin de la seconde guerre mondiale. « Cette partie du monde va sortir petit à petit de son confort. » Entre pic démographique et changement climatique: « l’épreuve alimentaire est devant nous » prédit le chercheur avant d’ajouter « rien ne garantit que nous produirons demain autant qu’aujourd’hui en raison du climat ». Par son propos, il rassure les maïsiculteurs. « Nous allons devoir hyper-intensifier l’agriculture pour à la fois nourrir la population mondiale et, dans le même temps, réparer la planète ». Un vaste programme en perspective avec son lot de haut et de bas. Toutefois, rien d’impossible, si l’on en croit Sébastien Abis, à condition que l’Europe se pose les bonnes questions dès maintenant. D’ici 2050, le continent comptera 500 millions d’habitants « peut-être un milliard, qui sait, si certaines parties du monde deviennent invivables ». Le chercheur questionne : « doit-on préparer une Europe sécuritaire ? ou grisonnante, à la retraite, muséifiée jusque dans ses campagnes ? »

Et le maïs dans tout ça ? Le maïs est encore aujourd’hui la première céréale échangée dans le monde, avec le soja. Elle a son top 4 de pays producteurs avec en tête le Brésil qui « se destine à devenir la ferme du monde en déforestant l’Amazonie » et la Chine malgré « ce qu’elle dit et ne dit pas de ses volumes de productions et ses stocks ». Le maïs promet également demain de devenir la céréale de l’Ukraine, en raison de la géographie de production. « Le maïs est au centre des enjeux géopolitiques et cela dépasse le sujet agricole. » Sébastien Abis appelle les producteurs à avoir confiance. « L’inflation alimentaire est une très bonne chose parce qu’elle redonne du sens et de la valeur. »

Lire aussi : Irrigation : « Sans eau, on ne produit rien »

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière